Essais

Ivan Jablonka :  » Des hommes justes. Du patriarcat aux nouvelles masculinités ».

Ivan Jablonka :  » Des hommes justes. Du patriarcat aux nouvelles masculinités ».

07 octobre 2019 | PAR Jean-Marie Chamouard

Ivan Jablonka relate la longue histoire de la domination masculine puis celle des conquêtes féminines. Il ouvre ensuite des perspectives pour une nouvelle masculinité.

« Homme es-tu capable d’être juste ? » demandait Olympe de Gouge en 1791 dans sa Déclaration des droits de la femme et de la citoyenne. C’est le questionnement d’Ivan Jablonka. La justice de genre a été le point aveugle de la démocratie mais pourrait devenir un projet de société. Pour cela il faut d’abord reconnaitre les faits et comprendre le passé. Le livre débute donc par un rappel historique sur le patriarcat et la domination masculine Celle-ci aurait débuté au paléolithique supérieur et a traversé l’histoire du Néolithique et de l’antiquité au 20ème siècle. Le patriarcat a été renforcé par les religions monothéistes, le Confucianisme, l’institution du mariage. Au delà des différences biologiques cette domination masculine a été universelle. Elle est d’origine culturelle, s’appuyant sur la puissance symbolique du masculin .Mais depuis la fin du 18ème siècle et la révolution des droits de 1789 le patriarcat s’est fissuré. L’auteur décrit le long combat féministe pour les droits civils, l’intégration dans le monde du travail et le contrôle par la femme de son propre corps. « Les féministes hommes ont été peu nombreux mais ils ont accompli beaucoup » : le livre rend hommage à l’engagement de certains penseurs de l’égalité comme Condorcet, Fourrier, John Stuart Mill et Henrik Ibsen. Ces conquêtes ont été consolidées dans certains pays par les législations nationales ou internationales et par l’état providence. Oui le 20ème siècle a bien été une rupture même si elle reste incomplète.

Mais cette rupture a mis en exergue les fragilités du masculin. Celles-ci peuvent être pathologiques se traduisant par la violence et une surmortalité mais aussi, plus banalement, par le désinvestissement familial ou les stéréotypes misogynes. Ces fragilités sont renforcées par le besoin permanent de prouver sa masculinité et sa fidélité au noyau patriarcal ce qui provoque doute de soi et surenchères. Alors que les femmes se sont mieux adaptées à l’ère post- industrielle le déclin de la classe ouvrière a mis à mal la masculinité populaire. La résistance à l’émancipation des femmes peut alors déboucher sur un « antiféminisme ». Mais une société de l’égalité devrait permettre de refonder le masculin. Une justice de genre c’est pour les hommes, partager le pouvoir et les tâches domestiques, établir des relations de couple égalitaires, éduquer différemment les enfants et promouvoir une sexualité respectueuse. Pour un homme, devenir un homme juste reste un défi, mais il faut le relever car la justice de genre est un projet d’émancipation intégrale.

Ivan Jablonka est écrivain et professeur d’histoire contemporaine à Paris XIII. Il a reçu en 2016 le prix Médicis pour son livre Laetitia ou la fin des hommes. « L’égalité des sexes est « un postulat moral non négociable », écrit Ivan Jablonka dans l’introduction de cet essai. Il s’agit bien d’un livre engagé au service d’un projet, la justice de genre. Ce livre est bien documenté sur le plan historique. Le style est très clair ce qui en fait un ouvrage d’accès facile, didactique et bien structuré. Dans le rappel historique la domination masculine est impressionnante par son ampleur et son ancienneté. L’auteur analyse bien le féminisme dans son caractère universel et dans sa diversité. Il développe une thèse originale : la masculinité de domination est aussi une entrave voire une « prison de genre » pour les hommes. La situation actuelle des relations hommes femmes est bien décrite dans ses aspects psychologiques familiaux et professionnels.

Le livre donne au lecteur une bouffée d’optimisme car il propose un projet, un idéal pour l’individu et pour la société. Il promeut un féminisme égalitaire incluant le masculin qui laisse espérer un approfondissement démocratique, l’avènement d’une nouvelle masculinité enrichie, plurielle, ouverte aux femmes. Oui,Ivan Jablonka a fait œuvre utile en écrivant cet essai.

Ivan Jablonka, Des hommes justes, éditions du Seuil, 433 pages, 22 euros, sortie en septembre 2019.

visuel : couverture du livre 

Brillante ouverture de saison transatlantique à Bordeaux
En garde à vue : la fabrique d’un coupable
Jean-Marie Chamouard

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *