Essais
Frédérique Neau-Dufour, La Première Guerre mondiale de Charles de Gaulle

Frédérique Neau-Dufour, La Première Guerre mondiale de Charles de Gaulle

05 décembre 2013 | PAR Jean-Paul Fourmont

Agrégée et docteur en histoire, membre du conseil scientifique de la Fondation Charles de Gaulle et responsable du Centre européen du résistant déporté (situé sur le site de l’ancien camp de concentration de Natzweiler Struthof en Alsace), Frédérique Neau-Dufour publie un ouvrage sur l’action de Charles de Gaulle pendant la Grande Guerre. L’ouvrage vient de paraître chez Tallandier.

[rating=4]

LE LIEUTENANT CHARLES DE GAULLE
Le lieutenant Charles de Gaulle, qui vient de sortir de Saint Cyr, part à la guerre avec enthousiasme à la tête d’une section du 33e régiment d’infanterie, commandé par Philippe Pétain. Blessé à trois reprises, il retrouve son régiment à Verdun en juin 1915 et prend le commandement de la 10e compagnie. Il sera fait prisonnier par les Allemands le 2 mars 1916.

Il en conçoit une frustration extrême et tente à cinq reprises de s’évader pour reprendre le combat. Tout ceci en vain… Cette épreuve ultime l’atteint dans son honneur autant qu’elle le forge. Du fond des forteresses allemandes, coupé des siens, il laisse libre cours à sa réflexion, lit, se documente et réfléchit sur ce qu’il a vu, c’est-à-dire sur l’enfer des tranchées, sur le courage des soldats, sur les forces et les faiblesses du commandement français ainsi que sur la stratégie de l’ennemi.

LES CONSÉQUENCES DE SA CAPTIVITÉ
Le conflit de 1914-1918 constitue à bien des égards une césure dans sa vie. La guerre lui offre un baptême du feu d’une rare violence. Traumatisé, Charles de Gaulle considère sa captivité comme une non-guerre. Il n’a jamais terminé le livre sur son expérience de la Première Guerre, car (même s’il avait commencé à écrire) les Allemands lui ont pris son manuscrit.

L’ÂME LAMINÉE
Il confiera à sa nièce, qui rentre de déportation, que « la Première Guerre lui a laminé l’âme ». La blessure engendrée par la privation de liberté et de combat ne se refermera plus. Il sera emprisonné plus de 32 mois dans plusieurs lieux, notamment à Ingolstadt en Bavière.

Cet ouvrage est passionnant, peut-être peut-on toutefois lui reprocher un certain parti pris gaulliste. Le mérite de ce livre est de faire table rase des légendes excessivement malveillantes (véhiculées notamment par l’extrême droite) qui couraient sur Charles de Gaulle et sur son rôle pendant la Première Guerre mondiale. Pour cela, le livre fera date !

Frédérique Neau-Dufour, La Première Guerre mondiale de Charles de Gaulle, éditions Tallandier, 2013, 384 p., 20,90 euros.

L’interview stroboscopique : Glasvegas
Gagnez 3 exemplaires des oeuvres érotiques complètes de Guillaume Apollinaire (La Musardine)
Jean-Paul Fourmont
Jean-Paul Fourmont est avocat (DEA de droit des affaires). Il se passionne pour la culture, les livres, les gens et l'humanité. Contact : [email protected]

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *