Essais
« Filmer dit-elle » : un ouvrage beau et riche sur le cinéma de Marguerite Duras

« Filmer dit-elle » : un ouvrage beau et riche sur le cinéma de Marguerite Duras

25 août 2014 | PAR Yaël Hirsch

Dans la veine des excellentes publications du centenaire de la naissance de Marguerite Duras, les éditions Capricci éditent un opus aussi joli que passionnant sur l’autre domaine de création de l’auteur : le cinéma. Centré sur l’oeuvre des années 1970, le recueil mêle entretiens inédits et textes pour le plus grand bonheur des fans et des adeptes en puissance. Sortie le 4 septembre 2014.

[rating=4]

Filmer Dit elleGérard Depardieu, Delphine Seyrig, Sami Frey, Catherine Sellers ou encore Michael Lonsdale sont les comédiens que Marguerite Duras a fait jouer dans des films cultes pour les cinéphiles : India Song, La femme du gange, Le camion, Détruire dit-elle ou encore L’homme Atlantique.

Couverture rose, typographie très séduisante, et pastilles graphiques pour signaler de quels films parlent les chapitres, la collections d’essais et d’entretiens que proposent les éditions Capricci est à la fois facile d’accès et exhaustive. On a le plaisir et la joie de retrouver la parole ferme, sure d’elle même et, à temps, drôle, de Duras sur sa propre oeuvre. C’est la cas notamment lors d’un long entretien aux Cahiers du cinéma avec Jean Narboni et Jacques Rivette (1969), où la bande son de l’interview est toute entière retranscrite. De celui avec Paula Jacques et Claire Clouzot lors de la sélection de India Song (1975) à Cannes. Et de la rencontre avec Xavière Gauthier (1973) qui a été à l’origine du livre Les Parleuses (1974). Et d’un entretien passionnant avec la monteuse de nombreux films de MD, Solange Mascolo (1975).

Aussi bien dans ces interviews que dans les textes des critiques Luc Chessel, Luc Moullet, Philippe Azoury, Stéphane Bouquet ou Fernando Ganzo, on retrouve une Duras naturellement cinéaste, de manière quasi intuitive (p. 85), et néanmoins attelée à sa tache première : « toujours casser ce qui a possédé ». Détruire, dit-elle : « Moi je voudrais la (la connaissance ) détruire pour la remplacer par le vide; la vacance complète de l’homme » (p. 54). Mais l’auteure des chroniques réunies dans Outside dit aussi beaucoup de choses brillamment justes : qu’un film sur la guerre est toujours acte de bellicisme (p. 53), que la caméra doit toujours être en mouvement, que le cinéma moderne et libre a pu, à un moment, éviter de s’encombrer des carcans de la chronologie pour sa narration.

On ressort de ce petit livre rose, méditatif sur le vide, les images et nostalgiques de la liberté qui se dégage des entretiens et des essais, liberté quasi enfantine qui donne envie de voir et revoir le cinéma de Duras.

Filmer dit-elle, le cinéma de Marguerite Duras,Capricci, 216 p; 18 euros. Sortie le 4 septembre 2014.

Table des matières:
– Tout casser, Luc Chessel
– La Destruction la parole, entretien avec Marguerite Duras par Jean Narboni et Jacques Rivette
(Cahiers du cinéma n° 217, novembre 1969)
– Le Point de vue de Satan, Luc Moullet
– Le Chant des seuils, Pierre Eugène
– Le Miroir, entretien avec Marguerite Duras par Xavière Gauthier
(Marguerite Duras, collection « Ça/Cinéma », éditions Albatros, 1975)
– Le piano qui attend, entretien avec Solange Mascolo par Jean Cléder (février et mai 2014)
– 30 000 ans devant la mer, Philippe Azoury
– Duras transgenre, Stéphane Bouquet
– La Provocation tranquille, Fernando Ganzo

Agenda culturel de la semaine
[Live report] Lana Del Rey, La Roux et Queens of the Stone Age à Rock en Seine
Yaël Hirsch
Co-responsable de la rédaction, Yaël est journaliste (carte de presse n° 116976), docteure en sciences-politiques, chargée de cours à Sciences-Po Paris dont elle est diplômée et titulaire d’un DEA en littérature comparée à la Sorbonne. Elle écrit dans toutes les rubriques, avec un fort accent sur les livres et les expositions. Contact : [email protected]

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture