Beaux-Livres
Boire le coucher de soleil avec Sunset cocktails

Boire le coucher de soleil avec Sunset cocktails

22 juillet 2021 | PAR Orane Auriau

À lire sans modération cet essai de Guillaume Aubry. Une langue culinaire, qui associe recettes de cocktails et analyses universitaires, poétiques et linguistiques de ce que représente dans notre imaginaire collectif, à travers différentes cultures, le coucher de soleil.

Voilà la visée de ce petit ouvrage, à la couverture attrayante jaune-orangée – une invitation délicieuse au voyage. Qui inaugure parfaitement l’été. Par les sens du palais, une tentative de vous faire vivre l’expérience d’un coucher de soleil. C’est ce défi que s’est lancé l’artiste Guillaume Aubry, son auteur, qui a fait appel à la collaboration du mixologue Sterling Hudson pour lui donner sa forme. Un livre de cocktails décidément atypique, qui change des ouvrages culinaires classiques, et qui se transforme en voyage esthétique et poétique. Celui-ci inclut aussi la participation de la poétesse japonaise Ryoko Sekiguchi, qui en a fait la préface.

 

Une ode au voyage, entre art et saveurs

Cet essai hybride s’ouvre sur des analyses philosophiques de ce qu’implique le coucher de soleil (Hume, Lévi-Strauss, Descartes…) dans notre culture, mais aussi à travers la littérature (Oscar Wilde…), le pinceau des artistes, la caméra cinématographique. Les recettes de cocktails parsèment l’ouvrage, nous plongeant dans l’expérience du cri de Munch, œuvre qui est le fruit de la terreur qu’un coucher de soleil a provoqué chez l’artiste. Tout en y associant la pensée intellectuelle de ce phénomène à nos sens, qui peuvent littéralement le goûter. Un beau projet en somme. Il n’y a plus de honte, dans un verre, à savourer un cocktail, s’en languir. À faire d’une expérience visuelle un transport dans les méandres du palais.
Chaque coucher de soleil est singulier. Différent. Ainsi que pour chaque recette proposée. Un coucher peut être fugace, rapide, mais aussi chaud, langoureux. Un phénomène aussi différent selon les géographies. Ce n’est pas un simple livre de cuisine, c’est aussi un ouvrage qui est beau à voir, visuellement travaillé.

“Le disque solaire disparaît
derrière l’horizon.
Toutes les couleurs
du spectre sont filtrées
par l’atmosphère pétillante.
Le jaune végétal laisse
place, par temps clair,
au vert anisé dans
un ultime rayon.
Sublime d’un coucher
de soleil métaphysique. »

 

Des cocktails originaux

Parmi les cocktails que nous avons goûtés lors de l’inauguration du livre à la fondation Pernod-Ricard, et préparés par Hudson lui-même : « Grand soir » et le « Régulus », nom d’un consul romain supplicié, forcé à regarder le soleil les paupières coupées car puni par les carthaginois. Leur goût est très singulier, mais cette dégustation est validée par la rédaction. Il y a d’autres boissons ardentes, flamboyantes (« Scream » qui s’inspire du tableau de Munch), mais il en est aussi des plus douces comme « Impression », qui n’est pas sans rappeler l’œuvre de Monet. On ne va pas se mentir, les associer à des œuvres plastiques est hautement satisfaisant.

 

N’oubliez pas qu’il faut boire de l’alcool avec modération.

Prix : 15 euros. Édition JBE Books, 80 pages

 

Crédits visuels © : Emma Zampieri

Décès de la comédienne Françoise Arnoul ce mardi 20 juillet
Avignon OFF : Loss, Noémie Ksicova comprend le deuil
Orane Auriau

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture