Beaux-Livres
Hymne à la terre, le sublime livre de photographies d’Art Wolfe

Hymne à la terre, le sublime livre de photographies d’Art Wolfe

22 décembre 2015 | PAR Maïlys Celeux-Lanval

Il est le genre de photographe qu’on aime en secret : Art Wolfe, né en 1951 aux Etats-Unis, parcourt le monde à la recherche des images les plus spectaculaires, façon grands espaces et vie sauvage. National Geographic lui consacre un immense ouvrage, très beau, très grand et très lourd, qui permet de découvrir près de 500 reproductions de ses œuvres les plus marquantes (dont la majorité n’avait jamais été publiée). Le livre se feuillette confortablement assis dans un fauteuil, une tasse de thé brûlant à portée de main et les yeux grands ouverts… Car ses photographies grandioses de paysages, d’animaux et de peuplades lointaines ne s’apprécient qu’en très grand format, pour que le voyage soit complet.

Hymne à la terre, le sublime livre de photographies d’Art WolfeParfois, on oublie. Perdu dans son petit centre du monde parisien, le citoyen moderne a vite fait d’oublier l’immensité et la diversité de la terre. Tous les endroits où il n’est pas allé, tous les animaux dont il n’a pas croisé la route, tous les peuples à qui il n’a jamais parlé. Il ne connaît par la couleur profonde des eaux de Doubtful Bay (Australie-Occidentale), il n’a jamais entendu le chant des macareux cornus, ni même vu de village bajau, il n’a pas mesuré le poids des boucles d’oreilles des Somadougou, ou admiré les tatouages des Nyangtom.
Puis, tout d’un coup, dans une librairie, un livre s’ouvre en même temps que tout un monde : c’est grâce au travail de photographes tels que Art Wolfe que l’on peut prendre la mesure de la multiplicité des paysages que compte la Terre, notre planète bien aimée que nous défendons à corps et à cris sans même la connaître. Finalement, un coup d’œil jeté à toutes ces espèces d’oiseaux, à toutes ces eaux, à tous ces paysages dénivelés, à tous ces villages perdus, juste un coup d’œil, c’est un geste écologique, un geste d’amour, de partage. Il faut ouvrir cette fenêtre sur le monde que nous offre les photographes voyageurs.
Ce sont donc des icebergs, des rivières, des montagnes vertigineuses, des portraits de groupes, des autruches, des déserts, des pingouins, des maisons sur l’eau, des singes, des cérémonies, qui se dévoilent dans cet Hymne à la terre : les photographies d’Art Wolfe s’accompagnent d’un texte passionnant dans lequel l’artiste explique son rapport à l’art, et éclaire ses images d’anecdotes vivantes, où il raconte par exemple qu’il a passé « trois heures incroyables et magnifiques au milieu de 10000 manchots empereurs » : « la chose la plus difficile fut de les photographier avant qu’ils ne s’approchent de moi jusqu’à aveugler mon objectif avec les plumes de leur ventre. » Un voyage, donc.

Offrez, ou offrez-vous, ce magnifique livre, et vous n’aurez qu’une envie : partir loin. Même si partir loin, finalement, peut se résumer à ouvrir un livre et se laisser emporter.

Informations pratiques :
Hymne à la Terre, Art Wolfe
Éditions National Geographic
396 pages, 129 euros
En librairie depuis le 24 septembre 2015

Riad Sattouf dessine l’affiche des 10 ans du Quai Branly
Elizabeth Garouste, Chimères, à la galerie Polad-Hardouin à Paris
Maïlys Celeux-Lanval

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *