BD

Toutes mes nuits sans dormir, journal d’une artiste insomniaque

Toutes mes nuits sans dormir, journal d’une artiste insomniaque

09 septembre 2017 | PAR Laetitia Larralde

Leslie Stein s’est lancé le défi de faire une bande dessinée par jour pendant un an et nous livre une tranche de vie graphique.

Leslie Stein est une artiste qui travaille dans un bar plusieurs nuits par semaine et consacre le reste de son temps à dessiner, quand elle ne joue pas de la guitare avec son groupe. A son réveil le 1er janvier 2014, elle se rend compte qu’elle a publié une petite bande dessinée pendant sa soirée très animée du nouvel an et décide de continuer l’expérience pendant toute l’année : tenir un journal graphique au rythme d’une entrée par jour. Et chaque soir, elle se confronte donc à sa page blanche pour remplir ses nuits sans sommeil.

La version publiée ici est abrégée d’environ 125 pages et ne comporte pas de dates, juste une mention des saisons. Le contact avec la vie de l’auteur se fait donc de façon un peu incertaine, sans savoir vraiment où on met les pieds. Au fil des pages se mélangent des anecdotes de sa journée, au bar ou chez elle, des expérimentations graphiques, des extraits de Jules Renard, des souvenirs d’enfance… Nous entrons par la petite porte dans la psyché de l’artiste, et nous apercevons son processus créatif, de ses questionnements, ses essais, jusqu’aux salons où elle est invitée. Malgré une vie qui semble loin d’être facile, la détermination et le dévouement de Leslie Stein à son art sont un moteur sans faille qui semble lui permettre de naviguer entre quotidien et création.
La présentation chronologique des planches permet de se rendre compte de l’affirmation du style de Leslie Stein. Les maladresses et hésitations des premières pages s’estompent et laissent place à une mise en page plus fluide et à un style plus cohérent. Les codes de la bande dessinée ne sont pas toujours très maitrisés, comme celui du sens de lecture, ce qui induit une impression de flottement, voire une certaine confusion. Mais ces ressentis nous font au final penser à ces incertitudes face aux choix imposés par une vie hors norme.
La compréhension est parfois un peu gênée par les ellipses dans la narration, alors qu’elles ne font que refléter la façon de penser de l’auteur. Nous n’avons accès qu’à une tranche précise de sa vie, il nous manque les références antérieures, et dans un journal intime personne ne replace chaque événement de sa journée dans son contexte. Nous entrons ici dans l’intimité de Leslie Stein comme dans une exposition dans une langue inconnue. Cela peut créer une impression de morcellement et en même temps un foisonnement et c’est à nous de faire le lien entre tout ce que nous lisons. Notre esprit n’avance pas toujours de façon linéaire, et cela se retrouve ici.

Le dessin à l’encre noire et couleur à l’aquarelle fonctionne dans l’ensemble, bien que par moments il glisse trop dans la déstructuration et la sur-simplification, ce qui gêne pour saisir les mouvements, voire parfois la situation. Etonnement, le corps n’a jamais de volume en soi, le visage lui-même n’a pas de contours, seuls les vêtements donnent de l’épaisseur. Il y aurait sûrement là matière à analyse, mais parfois rester au niveau du ressenti est suffisant.

Toutes mes nuits sans dormir, un aperçu de la vie d’une artiste d’aujourd’hui en direct de l’intérieur de son cerveau.

Toutes mes nuits sans dormir, de Leslie Stein, 224 pages, Editions Delcourt, paru le 30 août 2017
visuels © Editions Delcourt

Les Traversées du Marais 2017 à contretemps du temps
« Nulle part sur la terre » de Michael Farris Smith : un énième roman noir
Laetitia Larralde
Architecte d'intérieur de formation, auteure de bande dessinée (Tambour battant, le Cri du Magouillat...)et fan absolue du Japon. Certains disent qu'un jour, je resterai là-bas... J'écris sur la bande dessinée, les expositions, et tout ce qui a trait au Japon. www.instagram.com/laetitiaillustration/

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *