Spectacles

Les Traversées du Marais 2017 à contretemps du temps

Les Traversées du Marais 2017 à contretemps du temps

09 septembre 2017 | PAR Charles Filhine-Trésarrieu

Pour cette troisième édition du festival, les curieux peuvent s’équiper d’un parapluie et découvrir des facettes méconnues du célèbre quartier de Paris à travers plusieurs événements, spectacles et performances.

 

« Mon passe-temps favori, c’est laisser passer le temps, avoir du temps, prendre son temps, perdre son temps, vivre à contretemps. » Comme Françoise Sagan, les visiteurs sont invités à flâner ce week-end, à se promener dans les ruelles du Marais et à prendre le temps de découvrir l’un des quartiers les plus atypiques de la capitale. Vendredi soir, la troisième édition des Traversées du Marais s’est ouverte en musique grâce à l’artiste franco-marocaine Hindi Zahra, dont les ballades folk ont empli le jardin du Musée national Picasso. C’est une foule de parapluies qui s’est massée à l’extérieur de l’Hôtel Salé pour assister au concert dans la bonne humeur malgré les averses. Dès les premiers instants du festival, le public a dû s’inscrire dans le thème de cette année, car il a fallu surmonter ces légers contretemps météorologiques.

 

Les organisateurs ont décidé que pendant trois jours il fallait vivre Paris « à contretemps… », en décalage, et apprendre à connaître un Marais jusque là inconnu. Le réseau Marais Culture +, qui regroupe l’ensemble des institutions culturelles du célèbre quartier, veut faire découvrir aux visiteurs des facettes jusque là insoupçonnée d’un lieu qu’on pourrait pourtant croire parfaitement connu. Cette année encore, de nombreux musées et sites culturels jouent le jeu. Ils sont une bonne trentaine à proposer des installations, du Centre Pompidou au Musée national Picasso en passant par la Maison Européenne de la Photographie. Entre les spectacles, les visites, les brunch, les ateliers lecture, les concerts ou encore les banquet, il y en a pour tous les goûts. C’est aussi la première fois que le festival s’étend en dehors du Marais, en investissant la toute proche Crypte archéologique de l’Île de la Cité. Ce dimanche en milieu d’après-midi, les visiteurs pourront assister à un concert gratuit des pianistes Christine Ott et Mathieu Gabry. La plupart des installations du festival sont gratuites (comptez entre 5 et 10 euros pour celles qui sont payantes). Pour ceux qui calculeraient bien leur coup, il est possible de passer d’un site à l’autre entre deux averses. Et pour les autres, ils auront l’occasion de découvrir que Paris est une fête même sous la pluie.

Infos pratiques

Les Balkans, une nouvelle et turbulente terre d’asile
Toutes mes nuits sans dormir, journal d’une artiste insomniaque
Charles Filhine-Trésarrieu

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *