BD
Mad in China, une BD pas si cliché ?

Mad in China, une BD pas si cliché ?

22 janvier 2014 | PAR Sandra Bernard

Une boutique en apparence classique, avec des objets tantôt exotiques, tantôt très courants, tenue par un gérant affable. Cependant, il ne faut pas se fier aux apparences, c’est ce que vont apprendre à leurs dépens des clients un peu trop distraits. Bien venu dans Mad in China de Pascal Magnat paru aux éditions Glénat

[rating=4]made in china bd

Point de départ de chaque historiette, une étrange boutique tenue par un vieux commerçant chinois souriant et mystérieux,  dont la principale réplique est « Ça c’est très bon choix ! ». En effet, sous leur aspect familier et anodin, les objets vendus sont tous plus puissants les uns que les autres. On peut ainsi y trouver un stylo des quatre volontés, un kimono qui rend invulnérable ou encore un sablier magique permettant de contrôler le temps. Aussi, à quelques exceptions près, les clients trop distraits pour écouter les conseils et les mises en garde du commerçant se retrouvent dans des situations embarrassantes, voire catastrophiques.

Ce one-shot à l’humour noir, dont les fables sont parfois tristes, parfois inquiétantes n’est pas sans rappeler l’excellente et envoutante série Pets shop of horror. Derrière l’humour grinçant se cache souvent une morale, et le lecteur se retrouve rapidement mis en abîme via certains des clients malheureux.

Le dessin est classique mais efficace. Les cases sont généreuses, les personnages expressifs,  au point de rendre le texte presque superflu. Les couleurs sourdes collent parfaitement à l’ambiance du titre.

Mad in China est un premier titre réussi, aux histoires courtes, originales et bien ficelées. Cependant, cet ouvrage n’est pas à mettre entre toutes les mains…

Informations pratiques :

Mad in China, Pascal Magnat, paru aux éditions Glénat, Genre : Humour, Collection: 1000 Feuilles, Format : 240 x 320 mm, 96 pages, Prix: 18.50€

Visuel : © Couverture de l’ouvrage

[Critique] « Une autre vie », un autre style pour Emmanuel Mouret
Le festival hors piste s’égo-centre
Sandra Bernard
A étudié à l'Université Paris Ouest Nanterre la Défense l'Histoire et l'Histoire de l'Art. Après deux licences dans ces deux disciplines et un master recherche d'histoire médiévale spécialité histoire de l'Art dont le sujet s'intitulait "La représentation du costume dans la peinture française ayant pour sujet le haut Moyen Âge" Sandra a intégré un master professionnel d'histoire de l'Art : Médiation culturelle, Patrimoine et Numérique et terminé un mémoire sur "Les politiques culturelles communales actuelles en Île-de-France pour la mise en valeur du patrimoine bâti historique : le cas des communes de Sucy-en-Brie et de Saint-Denis". Ses centres d'intérêts sont multiples : culture asiatique (sous presque toutes ses formes), Histoire, Histoire de l'Art, l'art en général, les nouveaux médias, l'art des jardins et aussi la mode et la beauté. Contact : sandra[at]toutelaculture.com

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *