BD
« Le privilège des Dieux », où le savoir se transmet comme l’herpès

« Le privilège des Dieux », où le savoir se transmet comme l’herpès

27 novembre 2020 | PAR Laetitia Larralde

La collection BD Cul des Requins Marteaux s’agrandit avec Le privilège des Dieux de Geoffrey Monde, où la connaissance est au centre des liens tumultueux et érotiques entre l’Olympe et la Terre.

Prométhée le Titan décide de libérer les humains du joug des dieux en leur faisant don de la connaissance. Pour cela, il vole le Feu Sacré aux dieux et le stocke dans son pénis, traverse le miroir-portail entre les deux mondes en le brisant, et commence à distribuer son cadeau. Comment ? En passant sur le corps de tout un chacun. En quatre jours Prométhée a fait le tour de la planète et répandu la connaissance comme une MST.

Pour éviter la catastrophe et récupérer le Feu Sacré, Jupiter envoie son fils Mercure parmi les humains. Il devra procéder de la même manière que Prométhée, mais avec une nuance de taille : chaque humain devra être consentant. Mercure s’embarque donc pour plusieurs siècles de sexe pendant que les dieux jouent au badminton sur l’Olympe et que les humains perdent leur foi en eux.

Le privilège des Dieux joue avec la mythologie en misant sur une bonne dose d’absurdité et un humour pince-sans-rire. Les dieux ont des apparences très loin de celles que l’on est habitué à voir : Jupiter a six yeux et Héra attachée à son cou en permanence, Prométhée est un mélange d’homme et de rat avec le pénis en flammes, un autre est une crevette ou encore a le visage transpercé de flèches. Dans leur Olympe en ruines, ils semblent bien puérils dans leurs combats divins au Qui est-ce. De son côté, Mercure use les techniques de drague les plus ringardes sans aucune discrimination, l’air toujours impassible, focalisé sur sa mission.

Geoffroy Monde nous livre ici une odyssée orgiaque à travers le monde et les civilisations, s’arrêtant à des moments choisis de notre Histoire et évoquant de-ci de-là quelques-uns de ses personnages. Oscillant entre une certaine naïveté et le désabusement, ce récit doux-amer et un brin irrévérencieux nous rappelle que l’on peut bien passer des siècles à faire l’amour, cela n’empêchera pas de tomber amoureux.

Le privilège des Dieux, de Geoffroy Monde
200 pages, 14€ – Les Requins Marteaux

Visuel : couverture, ©Les Requins Marteaux

« Sécurité Globale » : la marche de samedi interdite mais le rassemblement autorisé
La Walkyrie arrive finalement à bon port à l’Opéra Bastille
Laetitia Larralde
Architecte d'intérieur de formation, auteure de bande dessinée (Tambour battant, le Cri du Magouillat...)et fan absolue du Japon. Certains disent qu'un jour, je resterai là-bas... J'écris sur la bande dessinée, les expositions, et tout ce qui a trait au Japon. www.instagram.com/laetitiaillustration/

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture