Livres
1001 BD : dictionnaire historique de la bande dessinée

1001 BD : dictionnaire historique de la bande dessinée

04 mai 2012 | PAR Olivier Handelsman

Le neuvième art a-t-il enfin gagné ses lettres de noblesse ? La fin du tunnel approche : les adultes sont aujourd’hui nombreux à se rappeler avec émotion les illustrés de leur enfance. Certains lisent  parfois encore des albums, des mangas et des comics avec avidité, par goût pour les exquises histoires drôles qui rythment la vie de leurs enfants, ou par intérêt pour les scenarii adultes de la bande dessinée d’aujourd’hui. Au point de reconnaître qu’elle constitue dans son ensemble un art, une culture et plus une sous-culture, si riche que son histoire ne tient plus dans l’esprit de quelques passionnés.

C’est à des fins culturelles donc que Paul Gravett, créateur du festival international de la bande dessinée de Londres, directeur du Cartoon Art Trust et « plus grand historien de la BD et du roman graphique » britannique selon le Times, a rédigé (en collaboration avec de nombreux autres passionnés et acteurs de la BD contemporaine) un ouvrage de la série « Les 1001 » en l’honneur de toutes les pierres angulaires de cette forme d’expression artistique.

Le résultat ? Le bien-nommé « Les 1001 BD qu’il faut avoir lues dans sa vie » (traduit de l’anglais par Nicolas Finet et préfacé par Benoît Peeters), véritable dictionnaire chronologique des aventures de Snoopy, les Schtroumpfs, Batman, Sangoku, Astérix ou Captain Tsubasa, et à quelques oublis près (la magistrale série des Naruto, HunterXHunter, Albator, Neon Genesis Evangelion…) peut prétendre à l’exhaustivité des bandes dessinées mémorables franco-belges, américaines, japonaises, mais aussi allemandes, indiennes, suisses, italiennes…

Décennie après décennie, on est ravi de retrouver les Marvel, les DC, les Tintin, les Persépolis, les Popeye mais aussi les œuvres les plus récentes comme Habibi de Craig Thompson, décrivant l’épopée d’un jeune enfant noir protégé par une femme du royaume imaginaire du Moyen-Orient de Wanatolia dans un monde hostile. « 1001 BD » plonge aussi le lecteur, d’entrée de jeu, dans les origines de la bande dessinée, à travers l’Europe et l’Amérique du XIXème siècle…

Trois finlandaises pour le Grand Prix du Festival de Hyères
Seasons in the abyss, Claude Lévêque transcende l’école Pierre Budin
Olivier Handelsman
Olivier Handelsman est étudiant en master de management à Grenoble École de Management, et étudie en échange à la Simon Fraser University de Vancouver (Colombie-Britannique, Canada) au second semestre 2013-2014. Licencié de Sciences Économiques à l'université Paris I Panthéon-Sorbonne, Olivier est intéressé par la micro-économie, l'entrepreneuriat, le management stratégique, de l'innovation, de la musique, des systèmes d'information et des nouvelles technologies. Olivier Handelsman a été scénariste de courts et longs-métrages en machinima (images de synthèse issues de jeux vidéo), et a une expérience professionnelle de pigiste dans différents médias tels que le journal Le Point (hors-série Références), PC Jeux et Millenium Source, ainsi que d'auditeur de service client, de programmeur Visual Basic et de démonstrateur produit.

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *