Cinema
When You Finish Saving The World de Jesse Eisenberg ouvre la Semaine de la Critique

When You Finish Saving The World de Jesse Eisenberg ouvre la Semaine de la Critique

19 mai 2022 | PAR Yaël Hirsch

Film d’ouverture mais exclu de la compétition de la Semaine de la Critique, When You Finish Saving The World, le premier film de Jesse Eisenberg, entre dans les méandres de la relation mère/fils…

L’ouverture de la Semaine de la Critique 

Jesse Eisenberg est venu présenter son film avec beaucoup d’énergie à l’espace Miramar, très heureux qu’il soit montré à Cannes. Aux côtés de la nouvelle déléguée générale de la Semaine de la Critique, Ava Cahen, et traduit par une interprète très énergique, le jeune réalisateur a fait rire le public. Il a aussi rappelé que c’est la première fois que When You Finish Saving The World est vu car Sundance, où il était sélectionné, n’a pas eu lieu. 

Une mère, un fils, du manque de dialogue

Lorsque celui qui a incarné aussi bien Mark Zuckerberg que Lex Luthor passe derrière la caméra, le genre est autobiographique. Il s’agit d »une relation mère-fils : la première est une  austère grande dame qui donne toute son énergie aux femmes et enfants battus qu’elle recueille dans un foyer social. Tandis que, fils unique et très gâté, l’adolescent est centré sur ses émotions, son petit monde et les chansons qu’il interprète en streaming pour un fan club qui le paie et nourrit son ego. Incapable de vraiment échanger, la mère et le fils se cherchent néanmoins… dans la douleur, notamment pour la maman qui s’entiche d’un jeune arrivé au centre, beaucoup plus ouvert aux causes du monde que son propre fils…

Un premier essai un peu académique 

Magnifiant Julianne Moore en maman hiératique, proposant une photographie maîtrisée et léchée, aussi bien qu’une bande-son très « classique » (Bizet, Mahler…), When You Finish Saving The World est une comédie qui réussit à faire passer toute son amertume. Néanmoins, un léger académisme et des personnages secondaires trop fantomatiques empêchent de vraiment se prendre au jeu de la négociation de l’Œdipe et l’on s’ennuie un peu malgré la douceur de ce petit drame plein « d’American Beauty ». De très jolies choses, donc, qu’on attend de voir se patiner et prendre du coffre et de la voix dans les prochains films de Jesse Einsenberg.

When You Finish Saving The World de Jesse Eisenberg, avec Julianne Moore, Finn Wolfhard, Billy Burke, Alisha Boe, Jay O. Sanders et Elenore Hendricks, USA, 2022, 1h28. Sélectionné pour la Caméra d’or.

visuel (c) Semaine de la critique

Suzana Bartal parle du 36e Festival Piano à Riom
Cannes 2022 : La première de la série de Marco Bellochio, Esterno Notte
Yaël Hirsch
Co-responsable de la rédaction, Yaël est journaliste (carte de presse n° 116976), docteure en sciences-politiques, chargée de cours à Sciences-Po Paris dont elle est diplômée et titulaire d’un DEA en littérature comparée à la Sorbonne. Elle écrit dans toutes les rubriques, avec un fort accent sur les livres et les expositions. Contact : [email protected]

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.


Soutenez Toute La Culture