Actu
Un palmarès exceptionnel au 44ème Festival du Film de Femmes de Créteil

Un palmarès exceptionnel au 44ème Festival du Film de Femmes de Créteil

25 mars 2022 | PAR Yohan Haddad

La 44ème édition du Festival de Femmes de Créteil s’est achevée dimanche dernier après 9 jours de propositions cinématographiques en tout genre, qui met en avant le travail de réalisatrices de tout horizons.

Un palmarès riche en couleurs

Le jury des longs-métrages a récompensé cette année le film Clara Sola de Nathalie Álvarez Mesén, production audacieuse prenant place dans un village reculé du Costa Rica. Le film met à l’honneur le destin d’une femme qui va s’affranchir de la morale religieuse et sociale qui a cloisonnée sa vie, pour enfin s’émanciper pleinement.

Une mention spéciale a été attribuée au film Argentin de Paula Hernández Las Siamesas, qui présente lui aussi un portrait de femmes touchant, étant confrontées à la mort du père et à l’héritage matériel et sentimental qu’il laisse derrière lui.

Le film Glasshouse de la sud-africaine Kelsey Egan repart quant à lui avec le prix du public, qui permet à la réalisatrice de repartir avec un fond de dotation de 2000 euros accordé par la ville de Créteil. 

Du côté de la compétition documentaire, c’est le film égyptien de Samaher Alqadi, As I Want, qui repart avec le prix du jury Anna Politkovskaïa et le prix du public, tandis que le film franco-indien A Night of Knowing Nothing/Toute une nuit sans savoir de Payal Kapadia repart avec une mention spéciale du jury.

Une découverte du cinéma de genre au féminin

Sur une sélection de la programmatrice Laurence Reymond, le Festival de Films de Femmes a proposé pour la première fois de son histoire une toute nouvelle section consacrée au cinéma de genre au féminin. Des films oubliés et méconnus du grand public ont pu être projetés, à l’image de The Mafu Cage de Karen Arthur, Censor de Prano Bailey-Bond, ou encore Le Voyage de la Peur d’Ida Lupino.  Le film brésilien Medusa d’Anita Rocha da Silveira, sélectionné à Cannes l’année dernière, a également été projeté en avant-première.

Enfin, une rétrospective consacré au travail de la cinéaste Lucile Hadzihalilovic a été proposée, avec une projection complète de sa filmographie, qui accompagnait la sortie de Earwig, son nouveau film devant sortir prochainement dans les salles.

Retrouvez le palmarès complet du Festival (et ses autres sections) à cette adresse.

Visuel : © Affiche du film Clara Sola de Nathalie Álvarez Mesén

Gallen-Kallela : nature sauvage et folklore finlandais
Di Grazia, le concert tellurique de Alexandre Roccoli à la Ménagerie de Verre
Yohan Haddad

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.


Soutenez Toute La Culture