Cinema
Un monstre à Paris, le dessin animé au coeur du Paris de la Belle époque qui ravira petits et grands

Un monstre à Paris, le dessin animé au coeur du Paris de la Belle époque qui ravira petits et grands

08 octobre 2011 | PAR Yaël Hirsch

Le bijou d’animation d’EuropaCorp à la BO signée Mathieu Chédid et Vanessa Paradis sort mercredi 12 octobre sur nos écrans. Un film drôle, tendre, à l’univers graphique irrésistible, doublé par des voix illustres (Gad Elmaleh, François Cluzet, Ludivine Sagnier…) et qui parvient à traiter du Paris de la Belle Epoque sans kitsch et sans nostalgie débridée. Un grand coup de cœur.

Paris, 1910. Alors que la scène est à son niveau le plus haut et que les Parisiens pataugent, Emile (voix : Sébastien Desjours), projectionniste de cinéma, accompagne son ami livreur Raul (voix : Gad Elmaleh) dans l’antre d’un scientifique fou, au jardin des Plantes. En l’absence du propriétaire, les deux jeunes gens dialoguent avec son singe et essaient plusieurs potions… Jusqu’à l’explosion, qui grossit démesurément une puce. Se baladant dans Paris, ce monstre (voix : Mathieu Chédid) sème la terreur. Seule la douce et talentueuse chanteuse de l' »Oiseau bleu », Lucille (Vanessa Paradis) comprend que ce monstre à Paris ne fait pas exprès de faire peut. Elle l’adopte, le nomme Francoeur et l’initie à la musique. Très vite, Francoeur déguisé par Lucille remporte un succès phénoménale, avec sa voix si particulière et ses doigts virtuoses à la guitare. Mais à l’heure même où il ne parvient pas à rassurer les parisiens sur les inondations, le vil préfet de Paris (voix : François Cluzet) fait sien le combat contre Francoeur. Il jure de mater ce monstre à Paris pour prouver aux habitants combien il est capable de les protéger. Lucille, Raul, Emile et sa fiancée, Maud (voix : Ludivine Sagnier) vont tout faire pour sauver Francoeur…

Véritable plongée intelligente dans le Paris de 1910, « Un monstre à Paris » déploie ponts de bois et pavés séduisants, embourbés dans les eaux d’une Seine en crue. L’univers graphique est tellement féérique, et les dialogues de Stéphane Kazandjian tellement malins, que les textes des chansons de Mathieu Chédid en paraîtraient presque mièvres, avec heureusement un rythme irrésistible. Pour les petits, « Un monstre à Paris » est un dessin animé haletant qui exploite une pédagogie ludique et jamais lourde sur l’acceptation de la différence et le refus du culte des apparences. Pour les plus grands, la finesse psychologique des personnages et le substrat historique fouillé du film est un plaisir de chaque minute.Un petit chef d’œuvre.

« Un monstre à Paris », de Eric Bergeron, scénario : Stéphane Kazandjian, voix : Mathieu Chédid, Vanessa Paradis, François Cluzet, Gad Elmaleh, Ludivine Sagnier, Sébastien Desjours, France, 2011, 1h22. Sortie en salels le 12 octobre 2011.

Infos pratiques

Beauty, un troublant vertige
Dvd : Occupation, la série de la BBC sur les agents de sécurité britanniques repartis en Irak chez arte éditions
Yaël Hirsch
Co-responsable de la rédaction, Yaël est journaliste (carte de presse n° 116976), docteure en sciences-politiques, chargée de cours à Sciences-Po Paris dont elle est diplômée et titulaire d’un DEA en littérature comparée à la Sorbonne. Elle écrit dans toutes les rubriques, avec un fort accent sur les livres et les expositions. Contact : [email protected]

3 thoughts on “Un monstre à Paris, le dessin animé au coeur du Paris de la Belle époque qui ravira petits et grands”

Commentaire(s)

    Publier un commentaire

    Votre adresse email ne sera pas publiée.

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *