Cinema

Un film inachevé: 1h de bobines prises par la propagande nazie dans le ghetto de Varsovie restituée à sa réalité historique

Un film inachevé: 1h de bobines prises par la propagande nazie dans le ghetto de Varsovie restituée à sa réalité historique

31 octobre 2012 | PAR Yaël Hirsch

Lauréat du prix du montage à Sundance en 2010 et du prix du meilleur documentaire aux Hotdocs la même année, le très beau film de Yaël Hersonski est enfin disponible en dvd en France chez Shawshank Films. Alors qu’environ une heure d’images filmées du ghetto de Varsovie ont été retrouvées dans un Bunker allemand à la fin de la Guerre, ils ‘est avéré, 40 ans après, que celles-ci étaient en fait les restes d’un projet de la propagande nazie. Sauf qu’entre-temps elles ont été utilisées comme « spontanées » par les documentaristes et les historiens. Déployant ces images sur 1h30, et les remettant dans leur contexte, la réalisatrice fait un superbe travail, emprunt d’autant de modestie que de brio. Sortie le 6 novembre 2012.

Après la guerre, on a retrouvé environ 60 minutes de film en 4 bobines retraçant des scènes de la vie quotidienne dans le plus grand ghetto de l’Europe nazie : Varsovie. Or, après les avoir utilisées comme des images d’archives pendant 40 ans, les historiens ont réalisé que ces images provenaient d’un projet de propagande … dirigé par les nazis et tourné juste avant que la population du ghetto soit intégralement déportée à Treblinka.

Retrouvant les pages du journal du président du Conseil juif du ghetto, Adam Czerniakow, qui détaille la venue tonitruante de l’équipe de tournage dans un ghetto invivable de maladies, de faim et où les cadavres jonchaient le sol, Yaël Hersonski remet patiemment toutes les images d’une petite vie juive traditionnelle et apaisée dans le contexte d’horreur réel qui formait le quotidien des juifs de Varsovie au printemps 1942. Pour ce faire, elle effectue un formidable travail d’archives et de montage et donne à entendre la voix de l’historien du ghetto, Emmanuel Ringelblum, celles de 4 survivants (comme sa grand-mère), à qui elle projette ces images et qui commentent le décalage entre ce qu’elles voient et la vie telle qu’ils s’en souviennent à Varsovie. Et surtout, elle a retrouvé un des cameramans allemands qui a participé au tournage du film de propagande et qui décrit ce que lui a vu. Ce faisant, elle démontre très clairement d’une part qu’en mettant en scène un bain rituel, un enterrement en grande pompe ou une circoncision d’un petit trop faible pour survivre, les nazis voulaient prouver que les juifs continuaient à vivre selon tous les clichés qu’égrenait le racisme officiel du régime. Et par ailleurs, elle tente d’expliquer pourquoi les historiens ont pendant si longtemps cru qu’il s’agissait d’images spontanées : saisis par l’horreur de ce qu’ils voyaient, les techniciens allemands n’ont pas pu s’empêcher de filmer également les cadavres de juifs morts de faim et les visages des membres du ghetto aux visages mornes et crispés avant qu’on les force à jouer l’allégresse à coup de crosses. Ces images n’étaient pas destinées à faire partie du film, mais sont restées avec les rushs retrouvés dans le bunker. « Un film inachevé » est un document d’une rigueur implacable et un exemple de mélange harmonieux entre archives, travail d’historien et interviews émouvantes mais toujours dignes de témoins.

« Un film inachevé, quand les nazis filmaient le ghetto », de Yaël Hersonski, Documentaire, Israël, 2009, 90 min, Showshank Films, sortie dvd le 6 novembre 2012, 14.99 euros.
Bonus : Entertiens avec Adrian Wiood et Michael Berenbaum (18 min)
Bande-annonce.

Les vernissages de la semaine du 31 octobre
Bientôt une Lex Google française ? Bras de fer entre François Hollande et Eric Schmidt
Yaël Hirsch
Co-responsable de la rédaction, Yaël est journaliste (carte de presse n° 116976), docteure en sciences-politiques, chargée de cours à Sciences-Po Paris dont elle est diplômée et titulaire d’un DEA en littérature comparée à la Sorbonne. Elle écrit dans toutes les rubriques, avec un fort accent sur les livres et les expositions. Contact : [email protected]

One thought on “Un film inachevé: 1h de bobines prises par la propagande nazie dans le ghetto de Varsovie restituée à sa réalité historique”

Commentaire(s)

    Publier un commentaire

    Votre adresse email ne sera pas publiée.

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *