Arts

Les vernissages de la semaine du 31 octobre

Les vernissages de la semaine du 31 octobre

31 octobre 2012 | PAR Marie Pichereau

«Ce qui a vraiment un sens dans l’art, c’est la joie. Vous n’avez pas besoin de comprendre. Ce que vous voyez vous rend heureux? Tout est là .» Constantin Brancusi. Cette semaine on profite avec bonheur et légèreté des expositions et vernissages dédiés à l’art contemporain. On passe de la peinture, à la photographie et à des performances en tout genre.

Edition Photo présente Serge Leblon et « Composite ». Avant d’être devenu la référence dans la photographie de mode que l’on connait aujourd’hui ,Serge Leblon a commencé sa carrière en tant que photo-reporter. Lassé des reportages photo, il développe un travail personnel et un projet éditorial important pour THE FACE. C’est ce projet qui l’introduira dans l’univers de la Mode. Avec l’exposition « Composite », on change littéralement de  cap avec : des effets de matières, de textures, des rapprochements inattendus, de l’absolue géométrie et des formes abstraites. Précis, diffus, et à la fois éthéré, flou, les détails impriment leur présence sans se dévoiler. Parfaite maîtrise de l’image, rien n’est laissé au hasard: gros plan, présence, ombre portée, même ces évanescents portraits d’inconnus au visage brouillé saisis dans un décor de banlieue américaine indéfinie. Vernissage mercredi 31 octobre.
Edition Photo, 21 rue Notre Dame de Nazareth, 75003 Paris.

On débute avec comme point de rendez-vous la Galerie Perrotin, qui présente la neuvième exposition personnelle de Guy Limone : «Espace Public». Comme ligne directrice autour des travaux de l’artiste on retrouve une tentative d’inventaire des choses qui nous entourent, un désir d’englober le monde, de l’épuiser à la manière de Perec dans « La Vie mode d’emploi ». Dans ses peintures d’images réalisées en 2012, Guy Limone assemble les différents détails d’images (5,7×5,7 cm) en de grandes compositions. L’oeuvre se transforme en une sorte de mosaïque contemporaine où les reproductions des célèbres chefs-d’oeuvre de l’histoire de l’art côtoient des extraits de publicités ou des scènes anodines. Ces échantillons, prélevés dans des revues forment une cartographie de la représentation par analogie de couleurs. Vernissage le 3 novembre.                           Galerie Emmanuel Perrotin, 10 impasse saint claude, 75003 Paris.

Rue de Turenne cette fois-ci, La Galerie Emmanuel Perrotin invite deux artistes différents. Le premier est Daniel Arsham avec son exposition « Storm ». L’artiste a fait partie des rescapés du gigantesque ouragan à Miami en août 1992. Cette année marque les vingt ans de cet événement tragique qui a largement inspiré Arsham pour son exposition. Témoin en première ligne des nombreuses conséquences dramatiques et désastreuses de la nature et de son impact sur les constructions humaines, l’artiste a réalisé une nouvelle série de ses interventions architecturales qui manifeste sa capacité à provoquer de l’inattendu par l’architecture.Dans la plupart des oeuvres présentées durant l’exposition, Arsham exploite l’énergie destructrice observée lors du cyclone et la soumet à des usages singuliers et fertiles, créant ainsi un contexte étrange à travers des perceptions aberrantes. On admire une horloge qui bouge sur le mur formant des plis qui la cache partiellement « Sideways clock», un drap recouvre une figure qui fait signe de la main et s’avère être une silhouette creuse quand on en fait le tour «Hollow Figure». Vernissage le 3 novembre.

On découvre ensuite Kaws et «Imaginary Friends». L’artiste incarne différentes choses en fonctions des ses différents publics. Il peut être tour à tour: artiste, collectionneur, designer, célébrité ou encore entrepreneur. Cette polyvalence et ces multiples identités, tendent vers une interconnexion dans la culture contemporaine, des mondes réels et virtuels ou de l’intime et du public. On retrouve aussi la relation transparente au sein d’une ère de réseaux sociaux. Ces frontières entre les personnes, les lieux et les choses sont fluides et poreuses permettant un nouveau langage visuel qui facilite un échange dynamique à la fois social et culturel. Kaws parle ainsi ce langage, utilisant des images familières dans son travail, qui dans leurs permutations fonctionnent comme une multiplicité de signes et de symboles qui communiquent tous à la fois quelque chose de nouveau et d’étrange. Son travail associe les allusions et l’histoire de l’art récent, le tout façonné par une compréhension assidue du fonctionnement des images, émotionnellement et intellectuellement. On remarque les multiples influences dans le travail de l’artiste qui vont de la répétition sérielle de Warhol aux premières abstractions Hard-Edge (peinture dans laquelle les transitions abruptes se trouvent entre les zones de couleur) de Stella et Noland. Galerie Emmanuel Perrotin ,76 rue de Turenne, 75003 Paris. Vernissage le 3 novembre.

La Galerie Xippas al’honneur de nous présenter l’un des peintres les plus importants de la jeune scène allemande contemporaine: André Butzer.
Lors du tout premier contact avec le travail d’André Butzer, le spectateur et le public se trouvent face à une structure qui peut sembler anarchique et où les motifs se mêlent dans un chaos de couleurs éclatantes. L’artiste se place dans la digne ligné d’Albert Oehlen et Werner Büttner et de la peinture néo-expressioniste (phénomène pictural qui a émergé vers la fin des années 1970 et qui est surtout caractéristique de la scène artistique occidentale des années 1980). Le travail de André Butzer est de ce fait souvent qualifié d’« expressionniste de science fiction », produisant une réalité artificiellement exagérée et aux formes parfois grotesques. Vernissage le 3 novembre.
Galerie Xippas, 108 rue Vieille du Temple, 75003 Paris. Les mardi-vendredi 10h-13h, 14h-19h, samedi 10h-19h .

Exposition collective, SET-UP curated by Stephen Hepworth en partenariat avec la Jousse entreprise. Au programme une multitude d’artistes qui bercent dans la photographie : Michele Abeles, Kate Costello, Corin Hewitt, Matt Lipps, Sam Falls, Elisa Sighicelli.
Les six artistes réunis pour cette exposition particulière, revisitent tout le studio comme lieu de création d’images. Chacun d’entre eux a du élaborer une approche et une stratégie différentes, en s’inspirant de domaines telles que la performance, l’anthropologie ou l’histoire de l’art. Et ceux, pour engendrer des images aux visuels saisissants et à la fugacité troublante. Aux Etats-Unis, le domaine de la photographie a développé une approche innovante et actuelle avec d’une part : des artistes qui s’intéressent à l’exploration des limites techniques de leur matériel et à la mise en évidence des procédés visibles dans la fabrication d’une photographie. D’autre part, il y a ceux qui préfèrent créer des mises en scène en studio ou des natures mortes, afin de produire des images nouvelles et provocantes. Setup renvoie non seulement à la nature de la création de ces images, mais aussi à un sentiment de déviation volontaire. Adresse : 6, rue Saint-Claude, 75003 Paris. Vernissage le 3 novembre.

La galerie Polaris collabore avec Speedy Graphito pour «The essential of painting 1987-2012 ».
Olivier Rizzo, plus connu sous le pseudonyme de Speedy Graphito, est un peintre français, né dans les années 60. Dans ses travaux il fait la jonction entre la figure libre (mouvement artistique du début des années 1980, apparu dans un contexte d’art « sérieux », minimaliste et conceptuel) et à la scène Street art française des années quatre-vingt. Aujourd’hui, son œuvre est influencée par l’iconographie pop comme les comics, Disney, les marques publicitaires, mais aussi par les jeux vidéo, comme le célèbre Tétris. Galerie Polaris, 15 rue des Arquebusiers, 75003 Paris. Vernissage le 8 novembre.

Visuels: Fondation Ricard.

Infos pratiques

MonProjetMusique.fr: site internet dédié au financement de projets musicaux professionnels
Un film inachevé: 1h de bobines prises par la propagande nazie dans le ghetto de Varsovie restituée à sa réalité historique
Marie Pichereau

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *