Cinema

Terri, d’Azazel Jacobs

Terri, d’Azazel Jacobs

09 septembre 2011 | PAR Yaël Hirsch

Déjà venu en 2008 pour « Momma’s Man » au Festival du Film Américain de Deauville, le jeune et talentueux réalisateur Azazel Jacobs y était à nouveau présent en 2011 pour un film qui a ravi critique et public cet été aux Etats-Unis et lui a valu un léopard d’or à Locarno. « Terri » est la rencontre de trois lycéens outsiders et du principal de leur lycée interprété par le formidable John C. Reilly. Un beau film sur la norme, la règle et les générosités qui leur échappent.

Pour lire notre interview d’Azazel Jacobs c’est ici. Et celle de Jacob Wysocki, le comédien interprétant Terri, c’est par là.

Jeune-homme « trop grand pour ce monde » (Azazel Jacobs), Terri vit seul avec son oncle qui est entrain de perdre la tête. Moqué par ses camarades de classe pour son physique, Terri a décidé qu’il irait en cours de la manière la plus confortable qui soit : en pyjama. A part quelques retards, tout se passe normalement pour Terri jusqu’au jour où le proviseur du lycée (John C. Reilly) le convie dans son bureau. Une nouvelle amitié se créé où Terri se sent libre de poser des questions. Mais petit à petit, le jeune-homme se rend compte que le proviseur n’aide pas que lui, mais plusieurs cas difficiles de son lycée. Il se sent trahi d’avoir été assimilé à cette série de jeunes gens à la limite du monstrueux. Parmi eux, un tout jeune garçon brillant et violent qui s’arrache au sens propre tous les cheveux, Chad (Bridger Zadina). Une amitié démarre entre les deux jeunes gens. Par ailleurs Terri sauve la jeune et sensuelle Heather (Olivia Crocicchia) d’un renvoi après qu’elle a été surprise dans ses caresses avec l’un des garçons du lycée. Aussi différents soient-ils, Terri, Chad et Heather, vont se tenir les coudes dans leur riches anormalités.

Drôle, original et porté par de formidables acteurs (Jacob Wysocki est vraiment formidable!), Terri fait partie de ces films qui montrent les États-Unis autrement. Film indépendant tourné en une vingtaine de jours, il n’en demeure pas moins pensé et peaufiné dans ses moindres détails. Un film à la fois cruel et tendre, mélancolique et plein de vie; un succès qui a, heureusement, déjà su trouver son public américain et qui commence tout juste à triompher dans les festivals européens.

Terri, d’Azazel Jacobs, avec Jacob Wysocki, John C. Reilly, Creed Bratton, Bridger Zadina, Olivia Crocicchia, USA, 2011, 1h45.

Trust de David Schwimmer
Dark Horse de Todd Solondz, la dure réalité de l’amérique moyenne
Yaël Hirsch
Co-responsable de la rédaction, Yaël est journaliste (carte de presse n° 116976), docteure en sciences-politiques, chargée de cours à Sciences-Po Paris dont elle est diplômée et titulaire d’un DEA en littérature comparée à la Sorbonne. Elle écrit dans toutes les rubriques, avec un fort accent sur les livres et les expositions. Contact : [email protected]

One thought on “Terri, d’Azazel Jacobs”

Commentaire(s)

    Publier un commentaire

    Votre adresse email ne sera pas publiée.

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *