Cinema

Réédition : Jane Eyre de Robert Stevenson avec Joan Fontaine et Orson Welles (sortie le 4 janvier 2012)

Réédition : Jane Eyre de Robert Stevenson avec Joan Fontaine et Orson Welles (sortie le 4 janvier 2012)

27 novembre 2011 | PAR Yaël Hirsch

Parmi les nombreuses adaptations du roman de Charlotte Brontë (1847), celle du réalisateur de « Mary Poppins » reste la plus appréciée. Avec un Orson Welles magnétique et une Joan Fontaine au top de sa fraîcheur, le film de 1944 parvient à suggérer le climat inquiétant du manoir de Thornfield. Une œuvre magistrale à redécouvrir en salles le 4 janvier 2012.

Alors que ses parents sont morts à sa naissance, la petite Jane Eyre est élevée par l’une de ses tantes, qui tient sa promesse de l’héberger mais la maltraite. A l’âge de dix ans, elle est placée au terrible internat de Lowood. Elle s’y fait une vraie amie, Helen (interprétée par la toute jeune Elizabeth Taylor, immédiatement reconnaissable par sa beauté). Mais les traitements discipliniares terribles qui sont réservés aux pensionnaires entraînent la mort d’Helen. Après près de dix ans à Lowwod, Jane (Joan Fontaine) décide de voler de ses propres ailes et passe une annonce pour devenir gouvernante. Elle est recrutée au mystérieux manoir de Thornfield pour s’occuper d’une petite fille en manque d’amour dont la mère française est morte. Il se passe plusieurs semaines avant que Jane rencontre le maître des lieux, Edward Rochester (Orson Welles). Ténébreux, souvent loin de son propre manoir, et extrêmement abrupt et bourru, Rochester fait un peu peur à Jane. En même temps, il semble qu’une série de grands malheurs pèsent sur cette âme tourmentée… Jane se sent de plus en plus proche du mystérieux Sir Rochester…

Extrêmement fidèle au texte d’Emily Brontë, « Jane Eyre » est un film noir qui incorpore parfaitement le côté gothique anglais de l’intrigue. Tout y est impeccable, des dialogues parfaitement extraits du texte, aux images sombres des paysages contrastant avec la blancheur du visage de Joan Fontaine. Le jeu des acteurs est bien sûr partie prenante dans le succès de ce film, Welles se surpassant dans les demi-teintes et Joan Fontaine dans l’interprétation de la pureté modeste. Un film juste, fort et indémodable.

 

 

 

« Jane Eyre », de Robert Stevenson, avec Joan Fontaine,  Orson Welles, Peggy Ann Garne et Elizabeth Taylor, scénario : Robert Stevenson, John Houseman et Aldous Huxley, USA, 1947, 97 min, 20th century fox, à nouveau en salles le 4 janvier 2012.

Infos pratiques

On a testé : Les nouveautés Bio de chez Lovea
L’Ecole des femmes, à la Comédie-Française: insulaire et lumineuse
Yaël Hirsch
Co-responsable de la rédaction, Yaël est journaliste (carte de presse n° 116976), docteure en sciences-politiques, chargée de cours à Sciences-Po Paris dont elle est diplômée et titulaire d’un DEA en littérature comparée à la Sorbonne. Elle écrit dans toutes les rubriques, avec un fort accent sur les livres et les expositions. Contact : [email protected]

2 réflexions au sujet de « Réédition : Jane Eyre de Robert Stevenson avec Joan Fontaine et Orson Welles (sortie le 4 janvier 2012) »

Commentaire(s)

    Publier un commentaire

    Votre adresse email ne sera pas publiée.

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *