Cinema
Petit listing de sexe froid à l’écran

Petit listing de sexe froid à l’écran

10 juillet 2014 | PAR Olivia Leboyer

Le sexe triste, froid, c’est très cinégénique. Etrangement, le malaise, les blocages possèdent souvent une belle force d’évocation. Pour bien vous refroidir cet été, surtout si vous êtes en couple, quelques conseils de films à visionner :

– Evidemment, chez Lars von Trier, la représentation du sexe peut dérouter. Frontales, violentes, glacées, les scènes ont la beauté minérale des pierres. Il s’agit de se faire mal, de chercher, encore et toujours, à repousser les limites. Dans Antichrist, ou dans Nymphomaniac (voir notre critique), le sexe se montre avec simplicité, sans rien de civilisé. Animal, triste, il se pratique sur un mode désaccordé. Pour lutter contre la peur panique, pour oublier les sentiments, pour les fuir avec application. De cette férénisie masochiste se dégage une beauté étrange.

– Autre film centré sur la haine de soi et la frustration, La Pianiste de Michael Haneke, est bouleversant. Phagocytée par une mère omniprésente, Isabelle Huppert se taillade consciencieusement le sexe au rasoir, et se perd dans de sordides cabines de sex shops. Quand la possibilité d’un échange amoureux surgit, elle ne sait plus comment se comporter. Ses habitudes, ses goûts, la portent vers la violence et l’auto-destruction. L’amour, cette chose effrayante…

– Si vraiment, vous souhaitez explorer le sexe sans fards, plongez dans la trilogie de l’autrichien Ulrich Seidl. No comment.

Intimité de Patrice Chéreau interroge le sens d’un échange charnel déconnecté du cours de la vie normale. Deux inconnus décident d’entretenir une liaison physique forte, à même la moquette d’un petit appartement. Sans paroles, sans tendresse : jusqu’à ce que l’un des deux ait besoin de plus. Mais que partage-t-on, avec quelqu’un ? Des gestes ou des mots, quelle différence ?

– Récemment, The Canyons de Paul Schrader avec Lindsay Lohan et James Deen (acteur de films porno) livrait un tableau noir et poétique de L.A. Echangisme, sexe brutal, jeux pervers, apparaissent ici comme le mode de vie courant. Le producteur ultra-viril, incarné par James Deen, pratique le sexe sur un mode relax, détaché de toute obligation. Vides, meurtris, les personnages se jettent dans ces jeux sexuels qui ne représentent plus grand-chose, à peine une distraction. A peine un problème. Un beau film, séduisant et mélancolique.

Les Mouvements du Bassin de HPG , avec HPG, Rachida Brakni et Eric Cantona, souligne avec une ironie cruelle les impasses du sexe. Echange, relation, voire procréation, semblent des horizons inatteignables pour son personnage masculin, perdu dans sa solitude et sa carapace de violence.

– Toute la filmographie de Marco Ferreri (Le Lit conjugal, La Grande Bouffe, La dernière femme) : un peu comme chez Alberto Moravia, le sexe est lié à l’auto-destruction, à la mort. Poussés vers la folie, les personnages explorent la sexualité comme un mauvais rêve, jusqu’au bout.

– Les films de Bunuel, bien sûr, Belle de jour ou Tristana. Pour vous demander, une fois encore, ce que contient la petite boîte du Chinois…

– Shame, de Steve McQueen, superbe portrait d’un homme obsédé et solitaire. Du sexe à sens unique, compulsif, effréné. Un comportement à la fois déviant et habilement caché, dans la grande ville froide.

– Enfin, si tous ces films ne vous ont pas suffi, attaquez carrément l’intégrale de la géniale série Nip / Tuck. Vous voulez tout savoir sur le sexe froid ? Mais qu’est-ce qui ne va pas chez vous ?

Sexe froid et clinique : ce qu’on n’a pas envie de voir au cinéma
Gagnez 5 exemplaires du livre « Dolorosa Soror » de Florence Dugas
Olivia Leboyer
Docteure en sciences-politiques, titulaire d’un DEA de littérature à la Sorbonne  et enseignante à sciences-po Paris, Olivia écrit principalement sur le cinéma et sur la gastronomie. Elle est l'auteure de "Élite et libéralisme", paru en 2012 chez CNRS éditions.

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


A propos

Toute La Culture : Comment choisir ?
Toute La Culture est un magazine d'information pluridisciplinaire et national. Il regarde notre societé par les yeux des tendances et de la culture. Fondé en 2009, il est reconnu comme journal en 2012 puis d' Information Politique et Générale (IPG), en 2017

L’objectif de Toute La Culture est véritablement de parler de TOUTE la culture : un film d’animation d’Europe de l’Est comme blockbuster américain à énorme budget, un récital lyrique comme un nouvel album de rap, la beauté et les tendances sont abordées d’un angle culturel et même les sorties en boîte de nuit et les nouveaux lieux à la mode sont dans nos pages. Enfin, les questions politiques d’actualités sont au coeur de nos articles : covid, #metoo, mémoire, histoire, justice, liberté, identité sont au cœur de nos réflexions à partir des spectacles et œuvres que nous voyons comme critiques. Non seulement nos rédacteurs se proposent être vos guides et de vous aider à choisir dans une offre culturelle large, à Paris, en France, en Europe, mais c’est parce que Toute la Culture brasse large que, dans ses quinze articles quotidiens, le magazine doit avoir un point de vue arrêté sur l’actualité. Et ce point de vue part du principe que l’angle culturel offre une grille de lecture unique et précieuse sur le monde dans lequel nous vivons.
Soyez libres… Cultivez-vous !

Soutenez Toute La Culture