Cinema

Mort du cinéaste américain Sidney Lumet

11 avril 2011 | PAR Coline Crance

Sidney Lumet est décédé samedi dernier dans sa demeure de New York.  Le réalisateur agé de 86 ans, a commencé sa carrière en 1957 avec le magnifique Douze hommes en colère.  Il était l’un des derniers gérontes du cinéma amércain. Le septième art est en deuil.

Sidney Lumet qui a tourné son dernier film  en 2007, 7h58 ce Samedi là, a toujours cherché à mettre en lumière les problèmes sociaux. Célèbre pour ses représentations satiriques de la justice sociale, il avait confié au Times en 2007 qu’il ne tournait pas des films pour changer le monde mais parce qu’il était passionné par le terrain.  » Je le fais parce que j’aime ça ! C’est une merveilleuse manière de passer sa vie ! » Toutefois  l’univers de Lumet est peuplé de films noirs où errent des gangsters et des opprimés de toutes sortes. Son premier  film Douze hommes en colère est un saisissant huis clos. Douze jurés, tous convaincus de la culpabilité du condamné, délibèrent. Mais l’un des jurés, incarné par Henry Fonda, pense que le condamné est innocent. Le décor est posé. Sidney Lumet n’aura de cesse d’être fasciné par les injustices sociales, l’analyse des systèmes de pression et le rapport de l’homme à une institution. L’homme chez Lumet est toujours célébré par son courage et sa volonté d’agir individuellement contre une institution, ou une injustice qui le dépasse.

Ces thèmes continueront d’être développés à travers d’autres de ses films, tels que Dossier Anderson, Serpico ou encore Network, féroce satire d’un petit monde régi par les indices d’écoute et la publicité. A travers le genre du polar, Sidney Lumet dissèque les rapports occultes entre la pègre et la police mais surtout dresse un portrait minutieux et oppressant de la mégalopole américaine.

Mais la filmographie de Sidney Lumet rappelle aussi qu’avant d’être cinéaste , il fut  un homme de théâtre. De Tchekhov ( La Mouette)  à Tennessee Williams ( L’homme à la peau de Serpent) en passant par Arthur Miller (Vu du pont) et Eugene O’Neill (Long voyage vers la nuit), Lumet se risque , se perd parfois mais fait des choix ambitieux…

Ses films ont reçu un total de 46 nominations. Mais il n’ a jamais été honoré de l’Oscar du Meilleur réalisateur. En 2005,  il reçoit tout de même un Oscar d’honneur alors que ses oeuvres ont remporté celui du meilleur film entre 1974 et 1976.

Malgré une carrière très hollywoodienne, Sidney Lumet est toujours resté un véritable New-Yorkais.  » Les lieux font partie des personnages dans mes films . Une ville est parfaitement capable de traduire une atmosphère lorsqu’une scène le demande. »

Passionné, fidèle à ses convictions, c’est un grand artisan du cinéma qui nous a quitté ce week-end.

 


Sidney Lumet On 12 ANGRY MEN par marina2984

 

Maud Basan livre sans censure les sensations de la femme quittée
La nuit des Assassins sème l’absurde au théâtre de l’Opprimé
Coline Crance

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *