Cinema
Meryl Streep finance Writers Lab, un projet contre le sexisme à Hollywood

Meryl Streep finance Writers Lab, un projet contre le sexisme à Hollywood

20 mai 2015 | PAR Milena Landre

L’actrice américaine Meryl Streep, connue pour son engagement auprès des femmes (et pas que), apporte une fois de plus sa pierre à l’édifice dans la lutte contre le sexisme à Hollywood. En finançant le projet Writers Lab, elle participe à la mise en place d’un programme qui offre la possibilité à des femmes scénaristes de plus de 40 ans de réaliser des projets d’écriture en organisant un workshop aux côtés de grandes réalisatrices. 

C’est bien connu, l’industrie du cinéma hollywoodien est régie par le patriarcat et laisse peu de places aux femmes, notamment dans le domaine de l’écriture. Les femmes scénaristes sont peu nombreuses face à leurs homologues masculins et comme dans la majorité des secteurs, elles subissent cette discrimination à travers leur rémunération. De nombreuses actrices du cinéma hollywoodien comme Cate Blanchett, Michelle Rodriguez, Olivia Wilde ou encore Patricia Arquette ont déjà tenté de s’insurger face à cette injustice. On se souvient par exemple du discours de cette dernière lors de la cérémonie des Oscars 2015. C’est en recevant un prix pour son interprétation dans le film Boyhood que la jeune femme a prononcé un discours émouvant et engagé réclamant l’égalité de salaire pour les femmes. Ce discours avait eu un écho important dans l’industrie du cinéma : plusieurs célébrités avaient retweeté la déclaration. C’était également l’opportunité pour Meryl Streep de soutenir Patricia Arquette et la question de la lutte pour l’égalité des sexes à travers une ovation marquante.

Meryl Streep a une fois de plus prouvé son engagement dans la lutte contre l’oppression des femmes en participant au lancement et au financement du Writers Lab soit le « le laboratoire des auteurs ». Ce projet, annoncé lors du festival de cinéma indépendant américain Tribeca, à l’initiative de l’association NYWIFT (New York Women In Film and Television) et de l’IRIS, collectif de femmes réalisatrices, a pour objectif de soutenir les femmes scénaristes dans leur rêve d’écriture. Ce programme permettra à 8 femmes scénaristes de plus de 40 ans de travailler aux côtés de réalisatrices reconnues internationalement telles que Caroline Kaplan (Time Out of Mind, Boyhood), Kirsten Smith (La revanche d’une blonde, Dix bonnes raisons de te larguer), ou encore Jessica Bendinger (American Girls). Lors de ce séminaire, qui aura lieu du 18 au 20 septembre prochain au Center for Women à Wiawaka sur le Lac Georges, les 8 scénaristes sélectionnées pourront travailler en collaboration avec ces réalisatrices. En luttant pour la reconnaissance des femmes dans l’industrie du cinéma hollywoodien, le laboratoire prend le contre-pied d’une domination patriarcale oppressive à l’encontre des femmes. Selon une étude de Womens in TV Films, en 2014, les femmes représentaient seulement 17% de l’ensemble des réalisateurs, scénaristes, producteurs, rédacteurs ( femmes et hommes compris ) qui ont contribué aux films ayant fait les plus grosses recettes. Ce chiffre n’a pas évolué depuis 1998.

L’engagement de Meryl Streep aux côtés du Writers Lab s’inscrit dans une problématique soulevée fréquemment dans l’industrie du cinéma depuis quelques années. Fin avril 2015, un tumblr dénonçant le sexisme à Hollywood a été lancé. Intitulé « SPSTWD » (Shit People Say To Women Directors), le tumblr féministe a pour aspiration de dénoncer la domination masculino-centrée et par extension les discriminations envers les femmes, qui sont monnaie courante à Hollywood. SPSTWD offre la possibilité aux scénaristes, réalisatrices et directrices artistiques de s’exprimer sur les réflexions sexistes qu’elles subissent quotidiennement à travers des gifs, des citations et des anecdotes. Le site se présente lui-même comme un espace de catharsis permettant d’exposer les obstacles absurdes auxquelles les femmes doivent faire face dans l’industrie du divertissement.

Accorder plus de place et de visibilité aux femmes devant et derrière la caméra est un passage nécessaire dans la lutte pour l’émancipation des femmes. Celle-ci pourrait permettre à d’autres secteurs dominés par les hommes de s’ouvrir et de contrer cette réalité quotidienne conservatrice. Le fonctionnement de l’industrie cinématographique traditionnelle est clairement remise en cause par ces femmes scénaristes, réalisatrices et productrices. Comme l’a déclaré Meryl Streep lors du Women in Film Crystal + Lucy Awards, un festival qui récompense les femmes dans le cinéma : « Dans cette salle, nous connaissons très bien ces statistiques terribles concernant la sous-représentation choquante des femmes dans notre business ». Elle a tenté lors de cette déclaration de mettre en lumière le fait que les femmes ont autant leur place dans l’industrie cinématographique que les hommes et que leur mise à distance n’est en aucun cas légitime.

Actrice respectée, oscarisée et considérée comme une des meilleurs actrices américaines, Meryl Streep a toujours fait de la lutte pour l’émancipation des femmes un combat personnel. Les femmes qu’elle a pu incarner durant sa carrière font d’autant plus écho à cette lutte féministe. On se souvient de ses rôles dans Out of Africa de Sidney Pollack ou encore Sur la route de Maddison de et avec Clint Eastwood. Elle y incarnait des femmes en quête de reconnaissance, d’indépendance dans un système archaïque. De même pour son rôle dans Kramer contre Kramer, qui lui a valu l’Oscar de la meilleure actrice dans un second rôle en 1980, où elle interprète Joanna Kramer qui abandonne son fils et son mari, se croyant indigne de s’en occuper. Les grands rôles de sa carrière rejoignent donc son engagement constant aux côtés des femmes. Il ne fait aucun doute que ses prochains rôles soulèveront les mêmes questions politques. Dans le sillage de son combat, l’actrice aux 3 oscars sera à l’affiche de Suffragette de Sarah Gavron en octobre prochain. Aux côtés de Carey Mulligan et de Helena Bonham Carter, Meryl Streep interprètera Emmeline Pankhurst, activiste anglaise et leader du mouvement des Suffragette en Angleterre au début du XXème siècle. Un film qui rejoint l’implication personnelle et professionnelle de l’actrice pour une lutte qui n’est pas encore gagnée mais qui a bien besoin de personnalités comme elle pour être visible et reconnue.

Retrouvez ici le site internet de l’association New York Women in Film and Television afin de suivre l’actualité du Writers Lab. 

« Les îles desertes », et le diabète devint un combat de super-héros
« Je m’efforcerai de te suivre » : une création poétique et désenchantée
Milena Landre

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture