Cinema

Mad MEN : Etre une femme dans un monde d’hommes

18 octobre 2010 | PAR Sonia Ingrachen

Attention Spoilers
Pour ceux qui aurait manqué la série événement du moment, en voici un bref résumé : Mad Men est une série américaine qui se déroule dans le New York des années 60 dans le milieu publicitaire. Don Draper est la figure centrale de cette série, il est un grand nom de la publicité et travaille comme directeur créatif au sein de l’agence Sterling et Cooper. C’est un personnage mystérieux dont le passé semble obscur.

La série se déroule dès la fin des années 50 dans un univers presque exceptionnellement masculin, ce qu’évoque le titre même de la série. « Mad Men » c’est un milieu professionnel où les hommes sont omniprésents, celui de la célèbre Madison Avenue, là où sont nichées les plus grandes agences de publicité. Mad Men c’est aussi une époque, celle où dominent les discriminations, raciales et sexuelles. Don, Pete, Roger, Ken, Paul, tous ont le désir de réussir, tous tentent de se faire une place, au prix même des plus grandes rivalités. Mais à côté de ces personnages, il y a des femmes, secrétaires, épouses, maitresses, elles font partie des deux univers que la série dépeint, celui du foyer et du bureau. Dans cet univers sexiste que la série tente de représenter, trois figures féminines se détachent, trois femmes très différentes, aux ambitions parfois diamétralement opposées mais qui doivent faire face à un monde qui ne leur fait pas de cadeaux. Voici donc le portrait de trois femmes : Betty Draper, Peggy Olson, Joan Harris

Betty Draper
Betty Draper est une femme au foyer, un ancien mannequin qui n’est pas sans rappeler la belle Grace Kelly, sa beauté fait d’elle l’objet du regard masculin. Au cours de la saison 1, elle passe de l’image de la parfaite ménagère à celle d’une femme marquée par des problèmes d’anxiété. Poussée par Don, elle se rend régulièrement chez un psychologue dont les séances lui sont retransmises, Don viole ainsi l’intimité de Betty, comme s’il s’agissait d’une enfant. Angoissée, marquée par une mère qui vient de mourir et qui l’a éduquée dans les codes de la perfection féminine, Betty est une  véritable Desperate Housewife, toujours filmée entre les murs du Foyer. Comme les hommes de la série elle noie sa solitude dans la cigarette et l’alcool. Son isolement est tel qu’elle va même jusqu’à se rapprocher de l’enfant de sa voisine, elle encore un peu enfant, lui, déjà trop mûr pour son âge. Épouse modèle au regard des autres, elle symbolise parfaitement l’opposition qui apparaît tout au long de la série, celle entre l’intérieur et l’extérieur, entre l’intime et le public, entre soi et les autres. En même temps, la série parvient à dresser un portrait complexe de cette femme qui représente tout de la norme sociale, de cette bourgeoisie conservatrice extrêmement attentive aux regards des autres. Elle se rend compte que sa beauté est l’un de ses plus grands atouts, et est effrayée par sa disparition. Elle sait aussi qu’elle ne suffit pas à son mari, chose qu’elle ne peut accepter. Éduquée dans les conventions, elle a épousé un homme qu’elle connaissait à peine parce que son image collait parfaitement à son idée de l’homme parfait. Épouse d’un homme dont elle n’arrive pas à cerner la véritable personnalité, elle pardonne ses infidélités pour ne pas être seule mais demande le divorce après avoir découvert son véritable passé. Peut être qu’en découvrant que Don est un déserteur et le fils d’une prostituée, elle ne pouvait supporter les failles de celui qui représentait la réussite sociale et le pouvoir masculin.
Dans la nouvelle saison, Betty vient de se remarier avec un homme de pouvoir. Elle doit faire face aux problèmes de sa jeune fille Sally, qui représente une nouvelle génération, attentive et sensible aux problèmes qui l’entourent. Au cours d’un épisode où la tension est omniprésente, Sally fugue pour rendre visite à son père. Mais tout comme Betty, Don est incapable de prendre en charge les problèmes de la jeune fille comme le symbolise la chute de l’enfant dans le couloir de la société sous le regard des secrétaires, de Joan et de Peggy. Betty fournit une éducation stricte à Sally, elle semble incapable de répondre aux interrogations de l’enfant. Lorsqu’elle apprend que la jeune fille s’est masturbée alors qu’elle était chez une amie, on voit bien que Betty ne sait pas comment gérer une jeune fille qui expérimente le désir. Selon elle la solution est qu’elle aille voir un psychologue, étrange miroir de ce qu’elle même avait expérimenté dans la saison 1.

Joan Harris
Joan Harris est à la tête du secrétariat de Sterling Cooper. Son expérience de ce milieu masculin fait d’elle la femme la plus avisée de l’entreprise. Elle connaît les astuces et les rouages de la société, elle en gère la vie quotidienne. Elle porte au cou une clef dont elle ne se sépare jamais, symbole de son pouvoir aux yeux des autres secrétaires. Ayant intégrée les codes de ce monde, elle est pourtant loin de les bouleverser. Son rapport aux autres secrétaires est souvent conflictuel, elle n’est là que pour exécuter les exigences de ses patrons et il arrive souvent que cela soit au détriment des autres femmes. Son pouvoir, elle le possède aussi grâce à sa liaison avec Roger Sterling. Elle mettra fin à leur relation à la suite des deux crises cardiaques de Roger. Dans la série elle incarne, le sex appeal et la féminité. Ses formes généreuses sont souvent mises en avant et il n’est pas rare que l’on utilise ses atouts pour faire signer des gros clients. Lucide sur le monde qui l’entoure, elle comprend parfaitement comment fonctionnent les jeux de pouvoir au sein de la société. Elle n’hésitera d’ailleurs pas à dire à Peggy, lors d’un épisode où Joan est victime d’un dessin obscène, que la seule raison pour laquelle elle l’ a défendue, c’est pour montrer qu’elle a du pouvoir, non pas par solidarité féminine.
Dans la saison 3, elle se marie au Dr Greg Harris qui la contraint à quitter son travail. D’une femme exclusivement marquée par sa profession, nous découvrons son quotidien d’épouse. Tout comme Betty, elle est isolée mais son retour au côté de Draper et Sterling Cooper sera pour elle une bouffée d’oxygène. Sa solitude sera dédoublée lorsque son mari s’engagera comme médecin militaire, ce qui l’oblige à partir pour le Vietnam. Grâce à son personnage, la série aborde de front la question de l’avortement, puisque elle tombe enceinte de Roger alors que son mari est à la guerre.

Peggy Olson
La série commence avec l’arrivée de Peggy dans la société. Elle n’est qu’une simple secrétaire, comme toutes celles qui peuplent les bureaux de Sterling and Cooper. Extrêmement naïve, elle s’éprend du jeune et ambitieux Pete Campbell. Mad Men montre l’ascension de cette jeune femme qui passe du poste de secrétaire à rédactrice -conceptrice dans l’équipe de Don Draper. Elle reçoit une promotion à la fin de la saison 1 grâce à sa campagne publicitaire sur les rouges à lèvre « belle jolie », elle poursuit ensuite avec différents produits destinés aux femmes. Avec ce nouveau travail, elle assiste du premier rang aux mises en scène de l’univers sexiste de la Publicité : régulièrement, des femmes sont réunies pour des séances de test de produits. Comme dans un Peep-show, elles ont lieu sous le regard des hommes cachés derrière une vitre teintée. Désormais, Peggy prend part à ce jeu voyeuriste où les femmes sont épiées et jugées.
Dans les premiers épisodes, comme toutes les nouvelles secrétaires, elle est assaillie par les avances des hommes qui travaillent autour d’elle. Mais au fur et à mesure des épisodes, elle prends du poids, et les hommes ne posent plus de regard sur elle. C’est ce qui explique sans doute sa réussite dans ce milieu professionnel exclusivement masculin. Elle se fait une place car elle n’est plus sexualisée et parce que les hommes n’éprouvent aucun sentiment de méfiance envers elle, pour eux il s’agit seulement d’une secrétaire. La série montre habilement l’évolution de ce personnage dont la détermination et la libération seront plus présentes.
Peggy représente aussi un nouveau genre de femme, celui qui refuse de se définir selon un rôle d’épouse et de mère, celui qui met au premier plan sa carrière professionnelle. A la fin de la première saison, le spectateur découvre en même temps que Peggy, que celle-ci est sur le point d’accoucher. La jeune femme a nié sa grossesse pour ne pas avoir à s’identifier à une mère, ignorant ainsi sa situation. Son accouchement et l’adoption de son enfant sont rarement évoqués, ce non-évènement reste dans le domaine du non-dit, du secret. Exception faite d’un flash back dans lequel Don lui rend visite à l’hôpital, nous ne saurons rien de ce qui s’est passé. Le non-dit, c’est bien ce que la série sait le mieux manier, de manière magistrale les secrets sont omniprésents sans jamais être évoqués. C’est ce non-dit que partagent Don et Peggy. Leur relation est au centre de la série, elle est complexe puisqu’elle se nourrit de confiance et de rivalités. Un épisode de la saison 4 sera entièrement consacré à leur relation. Dans celui-ci, c’est encore un secret qui hante l’atmosphère, celui de la mort de la meilleure amie de Don. La confrontation entre les deux personnages permet de faire éclater toutes les rancunes qui existent dans leur relation : Peggy reproche à Don de ne pas reconnaître son travail (parce que c’est une femme, sans doute). Enfin, l’évolution de Peggy passe aussi par la découverte de son désir. Il s’agit sans doute du personnage féminin qui touche le plus près au sentiment de libération.

Les intrigues lentes de la série permettent de dresser trois portraits complexes, les plans fixes et moyens créent un effet de réalité qui met en valeur le quotidien de ces femmes. Dans un épisode de la saison 1 Don demande à Roger Sterling, ce que veulent les femmes, ce à quoi Roger répond « qui s’en préoccupe ». Pourtant c’est bien la question que se pose la série. Si les hommes chutent dans Mad men (comme en témoigne la chute du générique), quelques femmes quant à elles démarrent leur ascension.

Le générique de Mad Men

Mad Men est une série dramatique créée par Matthew Weiner en 2007 par la chaine AMC, avec Jon Hamm, Elisabeth Moss, Vincent Kartheiser, January Jones, Christina Hendricks, John Slattery. La série compte 4 saisons et 39 épisodes. En France, elle est diffusée depuis le 16 mars 2008 sur TPS Star et depuis le 2 novembre 2008 sur Canal+. L’épisode final de la saison 4 a été diffusé dimanche 17 octobre aux Etats-Unis.
Le retour du col claudine
Entrer dans l’univers de Moebius à la fondation Cartier
Sonia Ingrachen

3 thoughts on “Mad MEN : Etre une femme dans un monde d’hommes”

Commentaire(s)

    Publier un commentaire

    Votre adresse email ne sera pas publiée.

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *