Arts

Entrer dans l’univers de Moebius à la fondation Cartier

18 octobre 2010 | PAR Sonia Ingrachen

Une rétrospective du dessinateur de génie Jean Giraud alias Moebius a lieu à la fondation Cartier jusqu’au 13 mars. C’est la première grande exposition parisienne de l’artiste. L’auteur de BD connu sous le pseudo Gir lorsqu’il publie en 1962 « Blueberry » dans Pilote ou sous celui de Mœbius, dans « Hara-Kiri » ou « Métal Hurlant » nous fait découvrir ou redécouvrir ses étendues désertiques et ses Lieux futuristes.

L’exposition s’intitule  Transe Forme. Elle nous donne à voir des personnages qui sont en perpétuel mouvement, changeants, qui sont le plus souvent marqués par l’hybridité comme en témoigne l’immense monstre Mi-Dragon Mi-Poisson vermillon, symbole de l’exposition. Celle-ci est impressionnante par la diversité et le nombre d’œuvres présentes : 300 documents ont été réunis pour l’occasion, des carnets, des planches originales (certains inédits) à l’aquarelle, au crayon de couleur, à l’encre de chine, des esquisses, des vidéos (etc.) une cinquantaine d’années de création est représentée.

L’exposition débute par une mise en scène qui prend la forme du Ruban de Moebius, du nom de son créateur, le mathématicien allemand Auguste Ferdinand Moebius. Il s’agit de suivre un parcours qui peut prendre plusieurs directions selon notre choix. Il est  rythmé par la voix du dessinateur et par un son futuriste qui plongent les visiteurs dans l’ambiance du créateur de génie. La première salle rassemble tous les personnages de l’artiste, du lieutenant Blueberry dans les paysages réalistes du western à l’étrange Arzach en passant par les deux personnages de Stel et Atan dans l’univers onirique de la planète Edena. Cette première partie nous permet d’être plongés dans les différents mondes que dessine Gir-Moebius. Les visiteurs seront sans aucun doute ébahis par l’habileté manuelle et la précision des dessins de l’artiste.

La seconde partie nous fait accéder plus directement à la métamorphose. Pour Moebius, le travail de la métamorphose est lié à un questionnement sur la réalité et les origines de notre univers. La science permet d’explorer les formes de la transformation, Big Bang, chaos, hermaphrodisme, monde des possibles, autant de thèmes que le dessinateur utilise pour nourrir ses réflexions sur les métamorphoses. Pour accéder à ces possibles, il faut pénétrer dans le labyrinthe des rêves et des transes, dans un univers hallucinatoire où notre identité prend des formes plurielles (comme lorsqu’Atan devient Atana, un personnage féminin qui retrouve ses traits féminins). Que ses figures passent de l’état végétal, animal ou minéral, elles supposent toujours une forme de violence, de l’ordre de la monstruosité. Certaines reproductions géantes sont impressionnantes de précision. Des vidéos sur Jean Giraud s’ajoutent à l’attrait de l’exposition, il revient sur son processus de création, la métamorphose c’est aussi celle de l’idée à la forme. Enfin, l’exposition nous fait découvrir son premier film d’animation en 3D en tant que réalisateur, La planète encore. On y voit se transformer sous nos yeux des formes étranges en une nature luxuriante. A noter, le merveilleux passage où d’étranges bêtes se mettent à danser comme s’il s’agissait d’un rituel proche de la transe.

Finalement, si l’on devait regretter une chose, ce serait l’absence des créatures et des décors cinématographiques que l’artiste a créés pour la science fiction : Tron, Le Cinquième Elément, Alien, Blade Runner, Abyss et Willow, autant de films qui auraient trouvé leur place dans l’exposition.

« Moebius Transe Forme », exposition à la Fondation Cartier pour l’art contemporain, 261 boulevard Raspail à Paris, jusqu’au 13 mars 2011. Ouvert tous les jours, sauf le lundi, de 11 h à 20 h.

Gagnez vos places avec toutelaculture.com, en jouant ici.

Mad MEN : Etre une femme dans un monde d’hommes
Je ne peux pas vivre sans toi, un drame social à Taipei
Sonia Ingrachen

One thought on “Entrer dans l’univers de Moebius à la fondation Cartier”

Commentaire(s)

    Publier un commentaire

    Votre adresse email ne sera pas publiée.

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *