Cinema
L’histoire des Beach Boys racontée au cinéma

L’histoire des Beach Boys racontée au cinéma

22 janvier 2013 | PAR Lucie Droga

Et voilà un autre biopic prévu sur les écrans… Après « Walk The Line » réalisé par James Mangold en 2007, « Control » d’Anton Corbijn sorti la même année ou « Gainsbourg (Vie héroïque) » de Joan Sfarr en 2010 c’est la vie du chanteur des Beach Boys, Brian Wilson qui sera bientôt portée sur les écrans.

 

Le titre n’a pas encore été arrêté mais une société de production américaine a annoncé la sortie d’un film autobiographique sur Brian Wilson, chef du mythique groupe californien, produit par Bill Pohlad qui avait déjà travaillé sur le film de Terence Malik, The Tree of Life, sorti en 2011. Le scénario sera quant à lui écrit par Oren Moverman, le même qui avait réalisé le film  sur Dylan I’m Not There. Le biopic présentera la vie tumultueuse du compositeur, depuis l’album Pet Sounds sorti en 1966 jusqu’à sa dépression dans les années qui suivirent. Brian Wilson sera interprété par Paul Dano, le remarquable jeune homme mutique de Little Miss Sunshine. En attendant d’en savoir un peu plus, un petit point sur Brian Wilson s’impose.

Formé autour des trois frères, Brian, Denis et Carl Wilson, les Beach Boys ont marqué l’histoire du  rock et de la pop au même titre que les Beatles en Angleterre, faisant évoluer leur musique au départ très « surf » vers des albums concept, comme Pet Sounds, révélateur du génie de Brian Wilson. Ecartant les années de jeunesse où le groupe surfe sur la vague californienne, le biopic se concentre sur la période des sixties, moment de l’enregistrement de leur onzième album,  Pet Sounds, projet solo sur lequel Brian Wilson se met à travailler après avoir arrêté les tournées. Fortement impressionné par l’album Rubber Soul des Beatles en 1965, Brian Wilson se décide à écrire lui aussi un « grand album ».

Le résultat ne se fait pas attendre et un an plus tard sort Pet Sounds, album très orchestré porté par des mélodies complexes brodées dans de la dentelle et des paroles recherchées, marqué avant tout par la sensibilité du compositeur. Prenant la forme d’une histoire, l’album reflète l’état d’esprit de Brian Wilson à cette époque: la difficulté de passer de l’enfance à l’âge adulte, la fugacité de l’amour qui se révèle souvent être très violent. Exit les planches de surf, les filles, les voitures et bonjour tristesse.

Malgré le soutien de son ami et admirateur Paul McCartney qui affirme que sans Pet Sounds, Sgt Pepper’s Lonely Hearts Club Band n’aurait jamais vu le jour, le public, trop habitué aux chansons pop pour adolescents, rate l’album et le succès n’est pas au rendez-vous: Brian Wilson tombe alors dans une profonde période de dépression qui durera dix ans et pendant laquelle il ne sort plus de chez lui, continue de prendre du LCD et autres drogues psychédéliques. En 1978, il fait même un rapide passage en hôpital psychiatrique.

Il refait surface en 1988 avec un premier album solo sobrement intitulé Brian Wilson et s’offre une production impressionnante: Terence Trent d’Arby y participe, ainsi que Fleetwood Mac, Lindsey Buckingham ou Christopher Cross. Certains de ses textes sont également signés par son psychiatre Eugene Landy. Aujourd’hui, Brian Wilson reste l’un des compositeurs les plus influents du XXème siècle, et la critique a finalement rendu justice a Pet Sounds en considérant ce chef d’oeuvre, comme l’un des deux premiers meilleurs albums de tous les temps.

 

Visuel: pochette d’album de Pet Sounds

Image à la Une: capture d’écran du site blog.cavesa.ch

Une collecte de vêtements lancée en Février chez H&M
« Psychopharmaka », le duo Burger/Cadiot qui nous promène en Allemagne
Lucie Droga

One thought on “L’histoire des Beach Boys racontée au cinéma”

Commentaire(s)

    Publier un commentaire

    Votre adresse email ne sera pas publiée.

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


    Soutenez Toute La Culture