Cinema

Les sorties cinéma du 8 août 2012

07 août 2012 | PAR Yaël Hirsch

En cette deuxième fournée d’août, place à la comédie musicale. Entre sexy dance 4, les très attendus Saphirs et leur chorale qui traverse le Viet-Nâm et le retour de Olivia Newton John dans le « Bridemaids » de cette année,  « My best men », il y vraiment de quoi chanter. Et si l’on regarde bien, même Rebecca Hall joue des jambes et laisse apercevoir un filet de voix dans le nouveau Stephen Frears. Bonnes projections!

A cœur ouvert de Marion Lainé, avec Juliette Binoche, Edgar Ramirez, Hippolyte Girardot, France, 1h27 min.
La réalisatrice des « vents contraires », met en scène un couple de chirurgiens du cœur que l’attente d’un enfant bouleverse.

 

Abraham Lincoln chasseur de vampires, de Timur Bekmambetov, avec Benjamin Walker, Dominic Cooper, 01h45min.
Non content d’être un super président, Abrham Lincoln a aussi été un pourfendeur hors-pair de vampires. Un délire plein d’action signé par le réalisateur de « Darkest Hour » et qui fera blêmir Buffy et autres True Blood car il rajoute les costumes à l’effroi.

Au cas où je n’aurai pas la palme d’or, de Renaud Cohen, avec Renaud Cohen, Emmanuel Salinger, France, 1h20min.
Un film un peu névrosé, très woodyallenien et ultra autobiographique réalisé et joué par Renaud Cohen sur un cinéaste qui ne tourne pas tout à fait rond. Page facebook du film.

Jusqu’à ce que la fin du monde nous sépare, de Lorene Scafaria avec Steve Carell, Keira kneitley, USA, 01h40min.
Que feriez vous si la fin du monde était prévue pour dans trois semaines? Une comédie qui va nous permettre d’imaginer ce que donne Keira Kneitley quand elle sourit.

Lady Vegas (Lay The favourite), de Stephen Frears, avec Rebecca Hall, Bruce Willis, Catherine Zeta-Jones, Joshua Jackson et Vince Vaughn, 2012, 1h33min.
Kyrielle de stars pour la cuvée 2012 de Stephen Frears, avec la brunette aux dents et jambes longues qu’il affectionne (Rebecca Hall), Bruce Willis et le retour de Catherine Zeta-Jones. Tous sont plongés dans l’enfer du jeu. C’est à Vegas mais il ne s’agit pas de casino. Plutôt de paris… sportifs. Frais et drôle. Lire notre critique.

My best men, de Stephan Elliot avec Rebel Wilson, Olivia Newton-John, Xavier Samuel, Kevin Bishop, USA, 1h37 min.
La comédie estivale sur le mariage de pister qui tourne à la catastrophe. Avec le come back de l’actrice principale de Grease, Olivia Newton John, aussi jolie que Jane Fonda.

Les saphirs de Wayne Blair, avec Deborah Mailman, Shari Sebbens, Miranda Japsell, Jessica Mauboy, Chris O’Dowd, Australie, 1h40 min
Australie, 1968, trois sœurs aborigènes : sont découvertes par Dave, musicien irlandais qui remanie le répertoire du groupe, rebaptisé LES SAPHIRS, et organise une tournée dans les zones de guerre du Vietnam du Sud.

Sexy dance 4 de Scott Speer, avec Misha Gabriel, Ryan Guzman, USA, 1h34 min.
Un quatrième volet qui ne mérite pas vraiment de synopsis tant il tente de réactiver encore et encore la furie de nos âges tendres de Grease à Dirty Dancing.Heureusement Olivia Newton-Jones joue plutôt dans « My best men ».

Terri, d’Azazel Jacobs, avec Jacob Wysocki, John C. Reilly, Creed Bratton, USA,1h45 min.
Terri vit seul avec son monde dans une petite ville américaine. Gêné par son corps trop en chair et incompris de tous, il se rend à l’école en pyjama. Mais se lie également d’amitié avec le proviseur du lycée (joué par John C Reilly) et deux autres outcasts de sa classe.
Lire notre critique.

Voie rapide de Christophe Sahr, avec Johan Libéreau, Christa Théret, Isabelle Candelier, Guillaume Saurrel, France, 1h30 min.
Le tuning, la vitesse, la route: c’est toute la vie d’Alex, 25 ans, rivé au volant de sa voiture customisée. Une passion exclusive, avec ses rites et ses codes, sans vraie place pour sa copine Rachel et leur enfant.Mais une nuit, sur la voie rapide, c’est l’accident...

Les Reprises :
L’important c’est d’aimer de Andrzej Zulawski, 1h49, avec Romy Schneider, Fabio Testi.

Le film culte du réalisateur polonais, interdit aux moins de 16 ans à sa sortie en 1976, adapté du roman de Christopher Frank, « La Nuit américaine » et qui transforme la belle Romy Schneider en furie.

Amélie Nothomb éternelle jeune fille, sans égard pour les barbes, sans peur des coups, ni des bleus
L’institut culturel Roumain est orphelin
Yaël Hirsch
Co-responsable de la rédaction, Yaël est journaliste (carte de presse n° 116976), docteure en sciences-politiques, chargée de cours à Sciences-Po Paris dont elle est diplômée et titulaire d’un DEA en littérature comparée à la Sorbonne. Elle écrit dans toutes les rubriques, avec un fort accent sur les livres et les expositions. Contact : [email protected]

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *