Cinema
Les sorties cinéma de la semaine du 19 octobre

Les sorties cinéma de la semaine du 19 octobre

18 octobre 2011 | PAR Liane Masson

Cette semaine, on note la sortie du très attendu Polisse, de Maïwenn. Ce film, retraçant le quotidien d’une Brigade de Protection des Mineurs, avec Joey Satrr en flic, et une jolie brochette d’acteurs, a remporté le Prix du Jury du Festival de Cannes 2011. Pour de toutes autres raisons, deux films documentaires attirent aussi notre attention : Ici on noie les Algériens, et Octobre à Paris, qui reviennent sur les évènements sanglants du 17 octobre 1961. Plusieurs films d’animation pour enfants seront également à l’affiche : Émilie Jolie, Le Gruffalo, L’Ours Montagne,…

 

Paranormal Activity 3, de Henry Joost, Ariel Schulman, avec Katie Featherston, Sprague Grayden. Ce film d’épouvante appartenant à une saga revient sur les origines des phénomènes paranormaux qui poursuivent la jeune Kate, à travers un retour sur sa jeunesse…

 

 

 

 

Real Steel, de Shawn Levy, avec Hugh Jackman, Dakota Goyo. Dans un futur proche, la boxe a évolué pour devenir un sport high-tech. Charlie Kenton, un ancien boxeur, a perdu toute chance de remporter le championnat depuis que les humains ont été remplacés sur le ring par des robots d’acier de 900 kilos et de 2,40 m de haut. Il gagne juste assez pour survivre d’un combat à l’autre. Lorsque Charlie touche le fond, il accepte à contrecœur de faire équipe avec son fils Max, qu’il a perdu de vue depuis des années, pour construire et entraîner un champion. Dans l’arène où tous les coups sont permis, les enjeux sont plus élevés qu’ils ne l’ont jamais été. Voir notre critique.

 

 

Polisse, de Maïwenn, avec Karin Viard, Joey Starr. Le quotidien des policiers de la BPM (Brigade de Protection des Mineurs) ce sont les gardes à vue de pédophiles, les arrestations de pickpockets mineurs mais aussi la pause déjeuner où l’on se raconte ses problèmes de couple ; ce sont les auditions de parents maltraitants, les dépositions des enfants, les dérives de la sexualité chez les adolescents, mais aussi la solidarité entre collègues et les fous rires incontrôlables dans les moments les plus impensables ; c’est savoir que le pire existe, et tenter de faire avec… Comment ces policiers parviennent-ils à trouver l’équilibre entre leurs vies privées et la réalité à laquelle ils sont confrontés, tous les jours ? Fred, l’écorché du groupe, aura du mal à supporter le regard de Melissa, mandatée par le ministère de l’intérieur pour réaliser un livre de photos sur cette brigade. Le film a remporté le Prix du Jury du Festival de Cannes 2011. Voir notre article.

 

 

Johnny English, le retour, d’Oliver Parker, avec Rowan Atkinson, Gillian Anderson. Ayant pris quelques années pour vivre retiré dans une région reculée d’Asie, Johnny English, le meilleur agent du MI7, en a profité pour perfectionner ses compétences uniques. Ses supérieurs décident de le rappeler pour déjouer un complot…

 

 

 

 

L’Ours Montagne, de Esben Toft Jacobsen, avec Markus Rygaard, Alberte Blichfeldt. Jonathan et Sophie passent les vacances chez leur grand-père à la montagne. Alors que Jonathan se dispute avec sa petite sœur, celle-ci franchit la porte du jardin, malgré les avertissements du grand-père : soudain enlevée par un ours gigantesque, elle disparaît dans une immense et mystérieuse forêt… Mort d’angoisse, Jonathan part aussitôt à sa recherche. C’est le début d’une aventure palpitante, au cœur d’un univers enchanté et menaçant, peuplé de créatures étranges…

 

 

 

Hors Satan, de Bruno Dumont, avec David Dewaele, Alexandra Lematre. En bord de Manche, sur la Côte d’Opale, près d’un hameau, demeure un gars étrange qui vivote, braconne, prie et fait des feux. Un vagabond venu de nulle part qui, dans un même souffle, chasse le mal d’un village hanté par le démon et met le monde hors Satan.

 

 

 

 

Emilie Jolie, de avec . Adaptation cinématographique du conte musical éponyme, ce film d’animation raconte les aventures et les rêves d’Emilie, petite fille aux yeux bleus, aux cheveux blonds et aux pommettes roses… Demain, c’est la rentrée dans sa nouvelle école et Emilie s’inquiète. Pourra-t-elle se faire des amis ? Et surtout, son papa, pourra-t-il l’accompagner pour cette première journée ? Retrouvant dans les cartons du récent déménagement un livre qu’elle-même lisait petite, la mère d’Emilie lui propose de le regarder pour se changer les idées… Ce livre raconte l’histoire d’un petit lapin bleu prénommé Gilbert qui, par excès de gourmandise, se fait enlever par une horrible sorcière. Emilie s’endort en lisant. Mais pendant ce temps l’histoire continue et prend vie…

 

 

Another Silence, de Santiago Amigorena, avec Marie-Josée Croze, Ignacio Rogers. Marie est officier de police à Toronto. Un soir, Joshua, son mari, et leur fils, Nicky, sont brutalement assassinés dans leur voiture. Assez vite, Marie fait le lien avec Pablo Molina, un trafiquant de drogue argentin qu’elle a arrêté quelques mois plus tôt. Voir notre critique.

 

 

 

 

Ici on noie les Algériens, documentaire de Yasmina Adi. A l’appel du Front de libération nationale (F.L.N.), des milliers d’Algériens venus de Paris et de toute la région parisienne, défilent, le 17 octobre 1961, contre le couvre-feu qui leur est imposé. Cette manifestation pacifique sera très sévèrement réprimée par les forces de l’ordre.

 

 

 

 

Le Gruffalo,de Jakob Schuh, Max Lang, avec Helena Bonham Carter, James Corden. Une petite souris se promène dans un bois très sombre. Elle rencontre un renard, un hibou et un serpent qui la trouvent bien appétissante et l’invitent chacun leur tour à déjeuner dans leur demeure. Mais la petite souris, très maligne, prétexte un rendez-vous avec… un Gruffalo !

 

 

 

 

La Mosquitera, d’Agustí Vila, avec Emma Suárez, Eduard Fernàndez. Une famille aisée, citadine, vit coincée dans le petit monde qu’elle s’est construit. Chacun de ses membres lutte de son côté pour sauver désespérément ce qui peut l’être.

 

 

 

 

 

 

Octobre à Paris, de Jacques Panijel. Ce documentaire retraçe la préparation, l’organisation et les conséquence de la manifestation parisienne du 17 octobre 1961, visant à protester contre le couvre-feu imposé aux Algériens.

 

 

 

 

 

Peter Gebriel – New Blood. Le légendaire Peter Gabriel est de retour sur scène avec une interprétation innovante et visionnaire qui a fait sa renommée. Concert filmé à l’Hammersmith Apollo en mars dernier.

 

 

 

 

 

Adriana Lecouvreur, de David McVicar, avec Angela Gheorghiu, Jonas Kaufmann. Opéra en quatre actes chanté en italien. Dans le foyer de la Comédie-Française, actrices, acteurs et régisseur s’activent pour une représentation de Bajazet de Racine. Le prince de Bouillon est venu retrouver la Duclos, sa maîtresse.

 

 

 

 

Un été + 50, de Florence Dauman. Les matériaux, image et son, non utilisés dans la version définitive de Chronique d’un été (1961) ont été inventoriés et numérisés en 2008. Le documentaire repose sur ces images inédites enrichies de passionnants entretiens avec les intervenants du film.

 

 

 

 

Rétrospective Jacques Becker, 9 films présentés : Dernier atout, Falbalas, Rendez-vous de juillet, Edouard et Caroline, Casque d’or, Rue de l’estrapade, Touchez pas au grisbi, Ali Baba et les 40 voleurs et Le Trou.

 

 

 

 

 

Metropolis (1927), de Fritz Lang, avec Brigitte Helm, Alfred Abel. Des ouvriers travaillent dans les souterrains d’une fabuleuse métropole de l’an 2026. Ils assurent le bonheur des nantis qui vivent dans les jardins suspendus de la ville. Un androïde mène les ouvriers vers la révolte.

 

 

 

 

 

Saraband (2004), d’Ingmar Bergman, avec Liv Ullmann, Erland Josephson. Trente ans se sont écoulés depuis que Marianne et Johan se sont perdus de vue. Sentant confusément qu’il a besoin d’elle, celle-ci décide de rendre visite au vieil homme dans la maison de campagne où il vit reclus.

 

 

 

 

 

Moby Dick (1956), de John Huston, avec Gregory Peck, Richard Basehart. Achab, capitaine d’un baleinier, n’a pas oublié sa première rencontre avec Moby Dick. Son corps en porte les traces, son esprit aussi d’ailleurs. Il n’a qu’une idée, retrouver la baleine blanche. Cet acharnement passionné va mettre en péril son équipage.

 

 

 

 

Violences à Park Row (1952), de Samuel Fuller, avec Gene Evans, Mary Welch. En 1886, à New York, un jeune journaliste qui veut lancer son propre journal s’oppose a un magnat de la presse.

 

 

 

 

 

 

Chronique d’un été (1961), de Jean Rouch et Edgar Morin. Avec Régis Debray, Marceline Loridan-Ivens, Marilu Parolini. Paris, été 1960, Edgar Morin et Jean Rouch interviewent des parisiens sur la façon dont ils se débrouillent avec la vie. Première question : êtes-vous heureux ? Les thèmes abordés sont variés : l’amour, le travail, les loisirs, la culture, le racisme etc. Le film est également un questionnement sur le cinéma documentaire : cinéma-vérité et cinéma-mensonge. Quel personnage jouons-nous devant une caméra et dans la vie ?

 

 

 

Sources visuelles et textuelles : AlloCiné

Le malin plaisir : une tragicomédie familiale grinçante de David Hare à l’Essaïon (le 23 octobre 2011)
La Loge en péril. Concert de soutien ce week-end.
Liane Masson

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *