Cinema

Les sorties ciné de la semaine du 14 décembre

Les sorties ciné de la semaine du 14 décembre

13 décembre 2011 | PAR Amelie Terranera

Cette semaine cinématographique est placée sous le signe des relations humaines. Tandis que le jeune Hugo Cabret est à la recherche de son passé familial et que le personnage de Benoît Magimel dans Des vents contraires réapprend à vivre aux côtés de ses enfants après la disparition de sa femme, les deux soeurs Coulin évoquent dans leur premier long-métrage commun un fait divers singulier : 17 jeunes filles ont décidé de tomber enceintes simultanément. Sinon, quelles décisions ont prises les collègues caissières de Déborah François face au mépris de certains clients ? Les relations humaines rimant certainement avec tourbillon de la vie, nous vous proposons également d’assister à des représentations de danse : Flamenco Flamenco de Carlos Saura ou le mythique Casse-noisette des Ballets du Bolchoï.

Hugo Cabret, de Martin Scorsese avec Ben Kingsley, Sacha Baron Cohen. Dans le Paris des années 30, le jeune Hugo est un orphelin de douze ans qui vit dans une gare. Son passé est un mystère et son destin une énigme. De son père, il ne lui reste qu’un étrange automate dont il cherche la clé – en forme de cœur – qui pourrait le faire fonctionner. Le dernier long-métrage de Scorsese serait-il le rendez-vous familial de cette fin d’année ? Réponse avec notre critique.

 

 

Mission : Impossible – Protocole fantôme, de Brad Bird avec Tom Cruise, Jeremy Renner. Après avoir été impliquée dans un complot terroriste mondial, l’agence Mission Impossible est contrainte de cesser ses activités. Le Protocole Fantôme est mis en place : Ethan Hunt et sa nouvelle équipe doivent opérer dans le secret pour blanchir le nom de leur organisation. Voir notre critique.

 

 

 

De l’huile sur le feu, de Nicolas Benamou avec Nader Boussandel, Vincent Lacoste. Il était une fois à Belleville, deux restaurants se faisant face : le Berbère King de la famille Chouffry et l’Empire du dragon de la famille Zi. Tout allait bien, jusqu’à ce que Samir Chouffry accuse monsieur Zi d’avoir mangé son chien…

 

 

 

Des vents contraires, de Jalil Lespert avec Benoît Magimel, Isabelle Carré. La vie de Paul bascule le jour où sa femme Sarah disparait subitement. Après une année de recherches infructueuses, Paul est un homme brisé, rongé par le doute et la culpabilité. Sa dernière chance est peut être de tout reprendre à zéro. Le deuxième long-métrage de Jalil Lespert vaut pour le thème abordé ainsi que pour l’émotion dont font preuve le touchant Benoît Magimel et la talentueuse Isabelle Carré. Voir notre critique.

 

 

17 filles, de Muriel Coulin, Delphine Coulin avec Louise Grinberg, Juliette Darche. Dans une petite ville au bord de l’océan, dix-sept adolescentes d’un même lycée prennent ensemble une décision inattendue et incompréhensible aux yeux des garçons et des adultes : elles décident de tomber enceintes en même temps. Inspiré de faits réels, ce long-métrage risque de faire du bruit…

 

La Vitesse du passé, de Dominique Rocher avec Mélanie Thierry, Alban Lenoir. Ce long-métrage qui oscille entre drame et film fantastique, retrace l’itinéraire trouble d’une jeune femme fragile, jouée par l’énigmatique Mélanie Thierry. En salle le 15/12/2011.

 

Oh My God !, de Tanya Wexler avec Maggie Gyllenhaal, Hugh Dancy. Dans l’Angleterre Victorienne, Mortimer Granville, jeune et séduisant médecin entre au service du Dr. Dalrymple, spécialiste de l’hystérie féminine. Le traitement préconisé est simple mais d’une redoutable efficacité : donner du plaisir pour soulager les troubles ! Voir notre réjouissante critique.

 

 

 

Père Noël Origines, de Jalmari Helander avec Onni Tommila, Jorma Tommila. Dans le Grand Nord finlandais, une équipe de chercheurs américains vient de découvrir ce qui pourrait bien être la tombe du Père Noël et s’apprête à dévoiler au monde la face cachée de ce personnage de légende.

 

 

 

Les Tribulations d’une caissière, de Pierre Rambaldi avec Déborah François, Elsa Zylberstein. La vie n’est pas rose tous les jours pour Solweig, caissière dans un supermarché. Mais elle garde le sourire, malgré les remarques souvent déplaisantes des clients et un chef teigneux (Marc Lavoine). Peut-être grâce au blog qu’elle tient en secret, où elle s’épanche avec humour sur son quotidien difficile…  Comme il ne faut pas oublier son ticket de caisse, n’oubliez pas de lire notre critique.

 

 

 

On the Ice, de Andrew Okpeaha MacLean avec Josiah Patkotak, Frank Qutuq Irelan. Qalli et Aivaaq, deux adolescents, mènent une vie sans histoire dans une petite ville du nord de l’Alaska. Un matin, ils décident de partir à la chasse aux phoques avec James, un de leurs amis. Une dispute éclate entre les garçons et se termine par la mort accidentelle de James…Voir notre critique et tentez de gagner vos places pour la projection de On the Ice !

 

 

 

Jon face aux vents, de Corto Fajal. Avec Jon, éleveur de rennes au dessus du cercle polaire, c’est un nomadisme étonnant que l’on découvre : vie traditionnelle et moderne se côtoient en quête d’un équilibre. Voir notre critique.

 

 

 

 

« Le Voyage extraordinaire » suivi de « Le Voyage dans la lune« , de Georges Méliès, Serge Bromberg. Un programme comprenant « Le Voyage extraordinaire » de Serge Bromberg (2011) et « Le Voyage dans la lune », en couleurs, de Georges Méliès (1902).

 

 

 

 

Sweetgrass, de Lucien Castaing-Taylor, Illisa Barbash. Durant l’été 2003, un groupe de bergers à la tête d’un troupeau de moutons traverse les montagnes du Montana, à l’extrême Nord-Ouest des Etats-Unis. Mais en cette paisible contrée rodent loups et ours.

 

Two Gates of Sleep, de Alistair Banks Griffin avec Brady Corbet, David Call. A la frontière entre la Louisiane et le Mississippi, deux frères entreprennent un voyage difficile pour honorer la dernière volonté de leur mère.

 

Flamenco Flamenco, de Carlos Saura avec El Carpeta, Israel Galván. Flamenco Flamenco, nouveau chef-d’œuvre musical de Carlos Saura, fait un portrait plein de grâce des musiques, chants et danses du flamenco actuel.Voir notre critique.

 

Casse-noisette, avec Alexei LOPAREVICH, Olga Suvorova Fritz. Les ballets du Bolchoi. Ballet en 2 actes d’après un conte fantastique du même titre d’Ernst Theodor Amadeus Hoffmann et avec des idées du scénario de Marius Petipa. En salles le 18/12/2011.

 

 

 

Giselle, est l’un des ballets romantiques les plus importants, et l’une des oeuvres les plus prestigieuses et les plus populaires des canons de la danse et du répertoire du Royal Ballet.

 

La Belle au bois dormant, avec Lauren Cuthbertson, Sergei Polunin. Présenté pour la première fois à Saint-Pétersbourg en 1890, La Belle au bois dormant est le sommum du ballet classique : une union parfaite entre la chorégraphie de Petipa et la musique de Tchaïkovski et une prouesse de technique et de grâce de la part de tous les danseurs présents sur scène. En salles le 15/12/2011.

 

 

 

The Terrorizers, de Edward Yang avec Cora Miao, Bao-ming Gu. A Taipei, les individus se croisent, se rencontrent, s’aiment, partagent, se quittent, se déchirent, s’oublient…

Le Voleur de Bagdad (1946), de Ludwig Berger, Michael Powell, Tim Whelan, avec Conrad Veidt, Sabu (II). Ahmad, le calife de Bagdad, est dépossédé de son trône par son grand vizir, le magicien Jaffar. Dans les cachots de la prison, Ahmad fait la connaissance d’Abou, le petit voleur de Bagdad qui l’aide à s’enfuir.Voir notre critique.

 

 

 

So this is Paris (1927), de Ernst Lubitsch avec Monte Blue, Patsy Ruth Miller. Dans leur appartement des beaux quartiers de Paris, Maurice et sa femme Georgette répètent un sketch inspiré des « Mille et une nuits ». Depuis sa fenêtre, en face, Suzanne Giraud pense alors assister à un accès de violence du « Cheikh ». Son mari et médecin, Paul Giraud, s’emporte et traverse la rue pour corriger le « barbare ».

 

 

 

L’homme au million (1954), de Ronald Neame avec Gregory Peck, Jane Griffiths. Fraîchement arrivé à Londres et sans un sou après s’être fait dévaliser, Adams, un jeune Américain se demande comment survivre. Au moment où il se penche pour ramasser une brioche qu’un gamin vient de jeter, un majordome lui ouvre la porte d’une riche demeure.

La première école du sexe ouvrira ses portes à Vienne dès demain !
Le dictionnaire de l’Académie française, garant du bon usage, s’enrichit de 4.000 mots nouveaux
Amelie Terranera

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *