Cinema
Les nouveaux chiens de garde (sortie le 11/01/12) : la presse aux abois

Les nouveaux chiens de garde (sortie le 11/01/12) : la presse aux abois

02 janvier 2012 | PAR Amelie Terranera

Les réalisateurs Gilles Balbastre et Yannick Kergoat reviennent, dans un excellent documentaire, sur les collusions entre journalisme et pouvoir politique, entre journalistes et milieux économique et financier.

Indépendance, objectivité et pluralisme. Voici les trois fondements du journalisme. Que se passerait-il alors si les professionnels de la presse ne respectaient pas cette déontologie ? Vous trouverez les réponses à cette question dans Les nouveaux chiens de garde, adaptés d’un essai de Serge Halimi, lui-même inspiré d’un essai pamphlétaire (1932) de Paul Nizan dirigé à l’encontre des philosophes idéalistes de son époque.

Patchwork méticuleux d’archives télévisuelles et radiophoniques, agrémenté d’anciennes coupures de presse, voire de témoignages inédits, Les nouveaux chiens de garde mettent en scène l’omnipotence des grands groupes d’affaires (Bouygues, Lagardère, Dassault) et autres immenses fortunes sur le milieu journalistique. La presse, ce fameux quatrième pouvoir, ne serait qu’une façade prestigieuse, une devanture convenable pour de grands investisseurs en BTP, nucléaire et de grandes sociétés de luxe. Vendre de l’info, devenue banale marchandise, se résumerait uniquement, pour les grands groupes français, à faire du profit et à placer leurs pions sur l’échiquier politique.

Les coulisses peu reluisantes du métier : les rivalités commerciales entre les médias, obligés de capitaliser sur le nom d’un journaliste vedette, le principe du « ménage », qui consiste pour un journaliste à se mettre au service d’une société afin de vanter ses mérites, la présence des mêmes experts sur les plateaux de télévisions ou l’interchangeabilité des journalistes dans les rédactions, sont détaillées avec un regard critique désopilant.

La presse française s’apparente donc à un théâtre de guignols, où les  faux impertinents (Michel Field en tête),  cohabitent avec des couples politico-journalistiques (Christine Ockrent et Bernard Kouchner, Béatrice Schönberg et Jean-Louis Borloo ou encore Anne Sinclair et Dominique Straus Kahn) dans un même souci d’assurer leur promotion et de rayonner dans les puissants milieux décisionnaires.

Ce documentaire, au graphisme coloré et didactique, va plus loin en soutenant la thèse selon laquelle la majorité des journalistes vedettes, diplômée de HEC ou de Sciences-Po, à l’instar des hommes politiques, ne connait pas les classes populaires auxquelles s’adresse leur JT, et qu’elle ne soupçonne pas les difficultés quotidiennes des Français. Les nouveaux chiens de garde dressent, avec un second degré subtil, la longue liste des conflits d’intérêt et autres manœuvres discrètes qui animent les coulisses de la presse française aux dépens d’un public avide d’indépendance, d’objectivité et de pluralisme. Édifiant.

 

14ème édition du Gala des étoiles du 21e siècle du 13 au 15 janvier au TCE
Thriller : L’assassin éthique de David Liss, droits des animaux et amérique profonde
Amelie Terranera

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture