Cinema
Le quai des brumes, version restaurée au cinéma et en DVD

Le quai des brumes, version restaurée au cinéma et en DVD

20 novembre 2012 | PAR Amelie Blaustein Niddam

Tendance, tendance. Après Les Enfants du Paradis, l’autre chef-d’œuvre de Marcel Carné Le Quai des Brumes vient de ressortir en salle et en DVD dans une version totalement restaurée. « T’as de beaux yeux tu sais ? Embrassez moi…. « Et bien, 74 ans après, ça fait frissonner pareil…

Bon, on ne  va pas faire la blague de critiquer le film. Rappelons juste le synopsis  : Jean (Jean Gabin) est enrôlé dans l’armée coloniale. On le retrouve en fuite, sur une route qui l’amène au Havre d’où il espère prendre un bateau pour le Venezuela. Sur sa route, il rencontre  Nelly (Michèle Morgan) et son destin s’en verra troublé.

La restauration permet de se plonger dans l’historiographie du film. On se rappelle qu’il a subi la censure à double titre, il est rangé par le Service de Censure de Presse au Commissariat Général des Informations , parmi « les films déprimants, morbides, immoraux et fâcheux pour la jeunesse, cette jeunesse de la guerre qui sera, plus qu’en toute autre époque, abandonnée à elle-même, et libre d’aller au cinéma, cette distraction facile d’accès. De ce fait, de très belles œuvres d’art comme Quai des brumesLe Puritain pourraient ne pas devoir passer facilement en France ».

Le statut des Juifs, appliqué dès octobre 1940 écarte  le producteur, Gregor Rabinovitch et le distributeur, Adolphe Osso. Le film sera tout de même autorisé en janvier 1941.

Depuis 1938, pas mal de choses ont changé, et notamment la façon de faire des films. La version originale  est en nitrate, la bande est auto-dégradable en quelque sorte. La version 2012 est plus limpide que celle de 1938. Réalisée à partir de plusieurs négatifs conservés par Studio canal et la Cinémathèque, le film est aujourd’hui présenté dans sa version intégrale et bénéficie  d’un meilleur son et d’une image plus claire. L’idée a été de retrouver cette atmosphère si propre à Carné,qui a l’époque caractérisait l’avant-garde et qui aujourd’hui fait figure  de leçon dans l’art du clair-obscur

C’est donc face à une image parfaite et un son impeccable que les cinéphiles et les néophytes s’apprêteront à découvrir ou à redécouvrir la scène culte  DU BAISER.  L’occasion pour un large public d’ avoir enfin accès aux dialogues mélancoliques  de Prévert, aux jeux de Michèle Morgan, Jean Gabin, Michel Simon et Pierre Brasseur.

Culte.

Essentielle rencontre avec Jean-Charles Sommerard, nez pour le bien-être
Palu pas pris à elBulli : une performance des United Patriotic Squadrons of Blessed Diana au Plateau
Amelie Blaustein Niddam
C'est après avoir étudié le management interculturel à Sciences-Po Aix-en-Provence, et obtenu le titre de Docteur en Histoire, qu'Amélie s'est engagée au service du spectacle vivant contemporain d'abord comme chargée de diffusion puis aujourd'hui comme journaliste ( carte de presse 116715) et rédactrice en chef adjointe auprès de Toute La Culture. Son terrain de jeu est centré sur le théâtre, la danse et la performance. [email protected]

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *