Cinema

Le palmarès du festival du film LGBTQ+ Chéries-Chéris

Le palmarès du festival du film LGBTQ+ Chéries-Chéris

27 novembre 2019 | PAR Lou Baudillon

Hier prenait fin la 25ème édition du festival du film LGBTQ+ Chéries-chéris. Une semaine s’est écoulée depuis son ouverture mardi dernier, de nombreux films ont étés projetés, du film de fiction comme Wild nights with Emily au documentaire militant comme Mon nom est clitoris, le festival a tenu avec brio son objectif de montrer la variété du cinéma LGBTQ+.

C’est le magnifique Deux de Filippo Meneghetti et Malysone Bovorasmy qui a achevé l’édition 2019 du festival. Cette histoire d’amour subtile entre deux femmes retraitées avec Martine Chevallier, Barbara Sukowa et Léa Drucker, fut un choix d’exception car porteur du message d’un amour qui survit à tout. Il survit aux pressions sociales et aux faiblesses du corps, il survit à ceux qui voudraient imposer leur manière de vivre. En salles le 12 février, le film est cri d’espoir qui clôt avec brio un festival qui se veut un espace de liberté et de résistance dans ces temps troublés pour les personnes issues de minorités. Le cri fut entendu puisque le festival bat cette année son record de fréquentation avec quasiment 15000 entrées en 20 jours, ce qui le hisse au même niveau que les autres festivals de cinéma LGBTQ+ d’Europe tels que celui de Berlin ou de Londres. 

Cela prouve que le cinéma permet de toucher le public, voir de changer les mentalités et combattre les haines par la beauté du visuel et des émotions. Près de 140 oeuvres on étés projetées : des films de fictions, documentaires, films expérimentaux, courts métrages et films militants qui démontrent la florissante diversité de ce cinéma encore trop peu visionné. Le palmarès a donc récompensé par le grand prix du film de fiction Brooklyn Secret de Isabel Sandoval qui raconte le destin délicat et résistant d’une jeune femme trans immigrée dans l’Amérique de Trump. Pour la fiction toujours, le prix d’interprétation revient à la performance de Gaston Re dans le Colocataire de Marco Berger et que le prix du jury à l’Argentin Lucio Castro pour son histoire d’amour entre un Argentin de New-York et un Espagnol de Berlin : End of Century. Coté documentaire, le grand prix fut remis au magnifique Indianara, déjà dans la sélection de l’ACID à Cannes 2019 et qui donne à voir le portrait politique de Indianara, militante transgenre brésilienne. Le jury a choisi de donné son prix à Toutes les vies de Kojin du réalisateur kurde iranien Diako Yazdani sur un jeune gay du Kurdistan irakien et sa vie face à la société. Pour les courts enfin, Les derniers paradis de Sido Lansari remporte le grand prix. 

En attendant la prochaine édition de Chéries-chéris, toutes les informations sur le festivals sont disponibles ici

 

Visuel :©Affiche officielle du festival Chéries-chéris

 

L’agenda des festivals et soirées de décembre
L’agenda cinéma de la semaine du 27 novembre
Lou Baudillon

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *