Cinema

Mon nom est clitoris, le documentaire qui brise les tabous autour de la sexualité féminine

Mon nom est clitoris, le documentaire qui brise les tabous autour de la sexualité féminine

26 novembre 2019 | PAR Lou Baudillon

Partant du constat qu’une adolescence sur 4 ne savait pas ce qu’était aujourd’hui un clitoris en France, Daphné Leblond et Lisa Billuart Monet ont réalisé Mon nom est clitoris, un documentaire inspirant et éducatif qui explore la sexualité féminine. Le film était présenté dans le cadre de la sélection de documentaires militants du festival Chéries-chéris. 

Mêlant espièglerie, intime et émotion, les réalisatrices Daphné Leblond et Lisa Billuart Monet signent un documentaire tout aussi nécessaire que passionnant sur l’univers de la sexualité féminine en allant chercher la base du sujet, à savoir les femmes elles-mêmes. Elles décident de placer leur caméra face à des jeunes femmes entre 20 et 25 ans et de les accompagner dans le récit de leur propre sexualité. Tour à tour, ces femmes d’orientations, d’histoires et de milieux très différents, racontent leurs premiers rapports à leur corps et à leur sexualité ainsi que l’éducation sexuelle qu’elles ont eu, l’évolution de ce qu’elles ont vécu jusqu’à leurs premiers partenaires. Tout cela sous couvert d’interrogations multiples, de partage et d’éclairages actuels. On y évoque ainsi la pornographie, le patriarcat et ses conséquences sur les rapports entre les personnes et sur les imaginaires. On y parle des obstacles, des tensions et des tabous mais aussi de pratiques et de plaisir. Le plaisir. Celui-ci devrait être au centre de la sexualité et pourtant, il n’est pas pour autant au centre de celle des femmes. Au contraire, pour les femmes interrogées, tout commence par un grand vide. 

Toutes ces femmes s’accordent sur un point : la méconnaissance de leur propre organe génital ainsi que de leur sexualité. En effet, alors que l’éducation et la société portent assez facilement un discours sur le sexe masculin et le plaisir masculin, celui de la femme est encore tabou. Le meilleur exemple de ce constat reste encore la non visibilité du clitoris, seul organe humain seulement dédié au plaisir. Chacune des femmes interrogées ont en fait l’expérience, pourtant aucune d’elles n’en a entendu parlé sans qu’elles aient sollicité l’information. On ne parle pas de clitoris à la maison, encore moins dans les cours d’éducation sexuelle ou dans les livres dédiés à la sexualité. Même sa réelle représentation ne sera effective qu’en 1998. Cette négation de l’organe n’est pas sans conséquences puisque selon un rapport sur l’éducation sexuelle remis en juin 2016 par le Haut Conseil à l’Égalité, un quart des adolescentes ne savent pas qu’elles en possèdent un, et 83% ignorent son unique fonction érogène.On comprend que de cette méconnaissance de soi découle pour beaucoup de ces femmes une certaine appréhension de la sexualité, une incompréhension totale que seuls le temps et la recherche d’épanouissement ont su combler. Cet acte de réapropriation de son plaisir est filmé de façon très naturelle dans le documentaire, telle une conversation intime que l’on aurait en petit comité. Le film livre un regard positif et militant sur les nombreuses questions que portent en elles les femmes et leur sexualité et proclame un fort espoir d’égalité. 

 

 

Visuels : ©Iota production

Une Huitième à la mesure de la grandeur humaine
Le Palmarès des 34e Entrevues de Belfort
Lou Baudillon

One thought on “Mon nom est clitoris, le documentaire qui brise les tabous autour de la sexualité féminine”

Commentaire(s)

  • Dani

    Et pourquoi le patriarcat serait un problème ?
    Je pense au contraire qu’il est une solution dans une société qui part à le dérive….
    Les filles, les femmes, les mères, réveillons nous

    novembre 27, 2019 at 23 h 27 min

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *