Cinema

Wild nights with Emily, les amours d’Emily Dickinson au festival Chéries-chéris

Wild nights with Emily, les amours d’Emily Dickinson au festival Chéries-chéris

24 novembre 2019 | PAR Lou Baudillon

Depuis son ouverture mardi dernier, le festival parisien du film LGBTQ+ Chéries-chéris concocte dans les cinémas une florissante programmation de films venant de tous horizons. Parmi la sélection de fictions hors compétition, Wild nights with Emily revient sur la relation amoureuse entre la poétesse Emily Dickinson et sa belle-sœur Susan Huntington Gilbert.

En 2016, le réalisateur Terence Davies s’était essayé à un biopic consacré à la considérable poétesse américaine. Le titre du film, A quiet passion, a assurément été tourné en dérision par la réalisatrice Madeleine Olnek qui décide d’appeler le sien Wild nights with Emily et d’en faire, non pas un drame tragique comme il avait été question pour le premier film, mais une comédie légère et rayonnante. Cette image d’Emily Dickinson vieille fille mélancolique et recluse, la réalisatrice la délaisse pour laisser entrevoir une femme profonde et indépendante, consacrée toute entière à son travail d’écriture ainsi qu’à sa passion amoureuse. Ainsi le film accomplit la tache de dépeindre une partie peu connue et pourtant véridique de la vie de la poétesse en racontant l’histoire de sa relation avec Susan Huntington Gilbert, son amie d’enfance qui devint sa belle-soeur. Les deux amantes ont nourri une passion durant presque leur vie entière ; Susan fut pour Emily une conseillère et une muse, nombre de poèmes et de lettres de celle-ci lui furent consacrées. Cela fut, comme le montre le film, caché  par les premiers éditeurs des écrits d’Emily Dickinson qui remplacèrent le nom de Susan par celui d’un homme. Ce sont des analyses photographiques faites en 1998 par l’ Institute for Advanced Technology in the Humanities de l’Université de Virginia qui dévoilèrent l’altération des lettres et des poèmes. 

Madeleine Olnek vieille non seulement à rétablir les vérités dans son biopic lumineux mais rembarre les préjugés sur les femmes indépendantes et célibataires vues historiquement comme frustrées et aigries. Par touches d’humour à tendance british et absurde, elle brosse les portraits de femmes attachantes et d’une Emily Dickinson épanouie, espiègle et amoureuse, passionnée de poésie et des petites choses de la vie de tous les jours. Un film mature qui interroge également la question des difficultés de publications pour les femmes écrivains de l’époque et les jugements auxquels elles font face, notamment dans les éditions que certains se sont permis de modifier à titre posthume. Un film touchant, drôle et nécessaire, qui au delà de la simple biographie, raconte l’amour et d’accomplissement de soi. 

 

 

Visuel : ©Affiche officielle de Wild nights with Emily

Le Show Particulier d’Oliver Tree
Jouer le contresens, chanter le silence : Lear de Reimann relève le défi au Palais Garnier
Lou Baudillon

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *