Cinema
Le Miroir, de Jafar Panahi, le regard d’une enfant sur la société iranienne

Le Miroir, de Jafar Panahi, le regard d’une enfant sur la société iranienne

07 décembre 2011 | PAR Liane Masson

Jafar Panahi, cinéaste phare de la Nouvelle Vague iranienne et figure importante de l’opposition au régime, verra prochainement son film Le miroir sortir sur les écrans français. Resté curieusement inédit depuis sa réalisation en 1997, il est présenté dans une version nouvellement restaurée. Le réalisateur du Ballon blanc (1995) reprend dans Le Miroir les thèmes qui lui sont chers (la discrimination sexuelle, la jeunesse, la résistance au pouvoir), à travers le parcours d’une enfant perdue dans la ville de Téhéran. Un film marquant, à découvrir en salles le 21 décembre.

 

Mina est une petite fille ordinaire, qui attend comme chaque jour sa mère à la sortie de l’école. Mais aujourd’hui elle ne la voit pas devant les grilles. Elle attend, s’inquiète, cherche désespérément de l’aide auprès d’adultes qui semblent indifférents à son sort, et après une première tentative d’accompagnement infructueuse, elle décide finalement de rentrer chez elle par ses propres moyens. Dans une ville bouillonnante, encombrée par une circulation dangereuse et remplie de nombreux hommes peu disponibles et souvent autoritaires, Mina est rapidement perdue. Elle ne connaît pas son adresse. Elle demande sans arrêt son chemin mais n’arrive pas à se faire comprendre des adultes car les repères qu’elle leur donne ne leur disent rien…

Tout d’un coup, dans un retournement de situation inattendu, la petite fille décide d’interrompre le film. Elle est fatiguée de jouer la comédie, elle veut tout arrêter. Elle demande à descendre du bus dans lequel la scène était en train d’être tournée et s’enfuit avec l’idée de rentrer seule chez elle. Et voilà que tout recommence… Elle passe d’une rue à l’autre, de bus en bus et de taxi en taxi, tandis que l’équipe du film la suit à distance, la perdant parfois de vue à cause de la circulation si dense. Durant ce long parcours plein d’embûches, la tension et l’angoisse sont permanentes. On ne cesse d’avoir peur pour elle. Peur de l’abandon, de l’accident, de la disparition, de l’enlèvement… Pourtant, malgré sa vulnérabilité, Mina ne baissera jamais les bras. Livrée à elle-même dans une ville agressive et hostile, elle se battra pour regagner sa maison, tenant tête à tous les adultes croisés en chemin.

Le Miroir est un film fort, qui pose un regard critique sur la société iranienne à travers les yeux d’une enfant obstinée.  Dans ce long-métrage au réalisme si déroutant qu’il paraît parfois à la limite du genre documentaire, Jafar Panahi évoque la condition de la femme et celle de la jeunesse. Il témoigne avec lucidité des difficultés impliquées par la société iranienne mais son message est cependant porteur d’espoir.

Grâce à une mise en abîme subtile qui nous fait confondre la réalité du tournage et celle dont le film cherche à rendre compte, le réalisateur parle aussi du cinéma. Il nous fait comprendre combien, dans son pays, cet art est dans une situation fragile, évoquant également son propre combat à travers celui de Mina. Tourné dans la semi-clandestinité et interdit en Iran, Le Miroir est un film exigeant et insolent qui mérite d’être largement découvert par le public français.

 

 

Le Miroir : scénario, réalisation et montage de Jafar Panahi, avec Mina Mohamad-Khani. Iran, 1997. 94 mn.
Production : Rooz Film. Sortie le 21 décembre 2011.

Shéhérazade de Félix Gray aux Folies Bergères : orientalisme de fête
Masque au borojo nourrissant Guayapi : les peaux sèches ont trouvé leur allié contre l’hiver
Liane Masson

2 thoughts on “Le Miroir, de Jafar Panahi, le regard d’une enfant sur la société iranienne”

Commentaire(s)

    Publier un commentaire

    Votre adresse email ne sera pas publiée.

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *