Comédie musicale
Shéhérazade de Félix Gray aux Folies Bergères : orientalisme de fête

Shéhérazade de Félix Gray aux Folies Bergères : orientalisme de fête

07 décembre 2011 | PAR Yaël Hirsch

Jusqu’à la fin du mois de décembre la comédie musicale de Félix Gray Shéhérazade, qui a déjà obtenu un succès au Canada, ouvre les portes des mille et une nuits aux spectateurs des Folies Bergères de Paris. Les chorégraphies de Christian Vézina veulent y réchauffer les fêtes de voiles orientaux.

« Shéhérazade » reprend l’histoire de l’héroïne des mille et une nuits : déçu par une femme qui l’a trompé, le sultan Soliman (qui a la voix rock et profonde d’un Johnny!) passe chaque nuit dans les bras d’une autre femme qu’on ne revoit jamais. La courageuse Shéhérazade (Rita Tabbakh, à la voix pure et claire, qui a aussi joué Esméralda dans  » Notre-Dame-de-Paris  » au Canada) décide de tenter sa chance et de prolonger sa nuit par des histoires irrésistibles.

L’idée de reprendre les mille et unes nuits pour faire rêver le public, le contexte agréable des folies bergères, la championne du monde en titre de danse du ventre et Amélia Levesque, sur scène, tout ceci est fort alléchant. La mise en scène simple et efficace sert le propos de Shéhérazade. Les danseurs et les danseuses parviennent à faire rêver. Enfin, les jeunes chanteurs ont des voix impeccables. L’on est cependant déçu par la qualité de la musique et du texte, ainsi que la manière étrange dont la narration se structure (on sait tout de suite que l’héroïne charme le sultan, donc pas de suspense). Le mélange de rock façon Starmania et de musique orientale façon tambourin  finit malheureusement par noyer le sens des paroles et des chansons.

Les amours d’Oki de Hong Sangsoo, exercice de mémoire à voir et à revoir
Le Miroir, de Jafar Panahi, le regard d’une enfant sur la société iranienne
Yaël Hirsch
Co-responsable de la rédaction, Yaël est journaliste (carte de presse n° 116976), docteure en sciences-politiques, chargée de cours à Sciences-Po Paris dont elle est diplômée et titulaire d’un DEA en littérature comparée à la Sorbonne. Elle écrit dans toutes les rubriques, avec un fort accent sur les livres et les expositions. Contact : [email protected]

2 thoughts on “Shéhérazade de Félix Gray aux Folies Bergères : orientalisme de fête”

Commentaire(s)

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *