Cinema

« Le Jeune Karl Marx » : La transformation d’un mythe

« Le Jeune Karl Marx » : La transformation d’un mythe

18 septembre 2017 | PAR Terence Gerber

S’adressant aussi bien aux personnes n’ayant jamais lu Karl Marx, qu’a ceux connaissant son idéologie du bout des neurones, Le Jeune Karl Marx est un film historique réussi. Raoul Peck s’est attaqué avec brio à Marx qui, comme on le sait, est un sujet relativement compliqué. Outre l’idéologie communiste, propagée par les révolutionnaires Marx (interprété par August Diehl) et Engels (interprété par Stefan Konarske), le long-métrage nous fait découvrir ces derniers sous un angle différent.

[rating=4]

Synopsis officiel :

1844. De toute part, dans une Europe en ébullition, les ouvriers, premières victimes de la “Révolution industrielle”, cherchent à s’organiser devant un “capital” effréné qui dévore tout sur son passage. Karl Marx, journaliste et jeune philosophe de 26 ans, victime de la censure d’une Allemagne répressive, s’exile à Paris avec sa femme Jenny où ils vont faire une rencontre décisive : Friedrich Engels, fils révolté d’un riche industriel Allemand. Intelligents, audacieux et téméraires, ces trois jeunes gens décident que “les philosophes n’ont fait qu’interpréter le monde, alors que le but est de le changer ». Entre parties d’échecs endiablées, nuits d’ivresse et débats passionnés, ils rédigent fiévreusement ce qui deviendra la “bible” des révoltes ouvrières en Europe : “Le manifeste du Parti Communiste”, publié en 1848, une œuvre révolutionnaire sans précédent.

C’est à un monstre que le réalisateur Raoul Peck s’est attaqué. Pas un monstre rouge, mais plutôt un monstre dans le sens où celui-ci est chargé d’histoires, de contrevérités et de sens idéologique. Pas facile de faire un film sur un personnage dont la pensée a envahi le monde entier, et dont les écrits sont toujours ardemment débattus et étudiés. Pour ce faire, le réalisateur a concentré son film sur la jeunesse du penseur, lorsqu’il rencontre Friedrich Engels. Ensemble, les deux compairs vont rédiger le pamphlet Le Manifeste du Parti Communiste. « Je savais qu’il ne fallait pas essayer d’expliquer le grand Marx barbu », avance Raoul Peck. Une telle œuvre nécessiterait la déconstruction « des décennies de propagandes, d’inexactitudes, d’inventions pures et de contradictions ». Le réalisateur a ainsi décidé de se focaliser sur cette période particulière du jeune Marx dans l’optique de mettre en lumière les étapes de sa transformation.

Le titre a de quoi faire fuir les adeptes des économistes Smith et Ricardo. Cependant, les libéraux ne devraient pas rechigner à aller voir Le Jeune Karl Marx. Celui-ci met l’emphase sur une période du personnage et renseigne les spectateurs du quotidien que le jeune Marx pouvait vivre. Ce dernier ne nous apparaît plus comme le personnage des livres d’histoire, mais comme un individu faisant face à la réalité, essayant de faire vivre sa famille. Son exil à Paris, son amitié avec Engels et sa précarité sont tout autant de détails sur la vie du personnage qu’ils permettent de créer un rapprochement, non seulement intellectuel, mais aussi humain.

Le Jeune Karl Marx, durée 1h58, Diaphana distribution, sortie le 27 septembre 2017

Visuels : Photo et bande-annonce officielles du film

Les pivots amoureux de Mozart et Anne Teresa de Keersmaeker au Palais Garnier
We love Hillel Kogan !
Terence Gerber

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *