Cinema

Le dernier automne de Marie Dubois

Le dernier automne de Marie Dubois

16 octobre 2014 | PAR Megane Mahieu

L’actrice de Truffaut, Rohmer et Sautet est décédée hier des suites de sa sclérose en plaque, à l’âge de 77 ans. 

Gouailleuse, sauvage, libre : Marie Dubois a illuminé de son charisme le cinéma français. Moins connue que ses consœurs,  Anna Karina et Jeanne Moreau en tête, Marie Dubois fut pourtant elle aussi compagnon de route des réalisateurs de la Nouvelle Vague. Son visage poupin, ses grands yeux bleus mélancoliques et sa chevelure de lionne ont illuminé bon nombre de films français, du premier long-métrage de Rohmer Le Signe du Lion, en passant par le grand succès de 1966  La Grande Vadrouille, mais aussi sous la caméra de Sautet et Chabrol. Sa filmographie, dense, témoigne d’un double tempérament, à la fois virevoltant et pensif, de l’égérie de la Nouvelle Vague à des films moins reconnus.

Née Claudine Huzé, Marie Dubois se fait rebaptisée par François Truffaut en hommage à une héroïne du roman éponyme de Jacques Audiberti. Le personnage comme l’actrice incarne selon le cinéaste « toutes les femmes en une seule ». A propos de la jolie blonde, Truffaut qui resta proche d’elle jusqu’à sa mort disait : « On ne se retournerait pas sur elle dans la rue, mais elle est fraîche et gracieuse, un peu garçonne et très enfantine; elle est véhémente et passionnée, pudique et tendre. »

C’est lui qui lui offre un rôle de première facture dans Tirez sur le pianiste en 1960, où elle est l’amour romantique de Charles Aznavour, mourant d’une balle perdue. Elle revient, plus anecdotiquement, dans Jules et Jim où son numéro de cigarette-locomotive nous fait encore sourire.

La maladie l’a rongée depuis des années. Luttant farouchement contre elle, Marie Dubois s’était retirée vers Pau où elle faisait le deuil de son mari, le comédien Serge Rousseau décédé lui en 2007.

Triste hasard du calendrier, en ce moment la Cinémathèque Française célèbre le réalisateur des 400 coups à l’occasion du trentième anniversaire de sa mort. Une aubaine pour revoir dans les allées de l’exposition et sur grand écran Marie Dubois. Nous aimons nous rappeler d’elle et de son naturel désarmant, comme dans ce bout d’essais fait avec François Truffaut et qui n’est pas sans rappeler celui de Jean-Pierre Léaud réalisé un an plus tôt :

 

 

Visuel : ©capture d’écran

[Live Report] Raphaël Pichon et l’ensemble Pygmalion fêtent la Saint Michel
Le Monde a son propre Watergate
Megane Mahieu

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *