Spectacles
François Truffaut, un homme à redécouvrir à la Manufacture des Abbesses

François Truffaut, un homme à redécouvrir à la Manufacture des Abbesses

09 décembre 2021 | PAR Margot Wallemme

La compagnie Les Ailes de Clarence reprend habillement les lettres de François Truffaut et les met en scène dans Truffaut Correspondance. Elle nous rend témoins et complices de cette intimité, à la redécouverte de l’homme, de sa vie et de son œuvre. 

François Truffaut, illustre critique et cinéaste, continue d’influencer des générations par son œuvre variée et personnelle. On ne cesse de le redécouvrir à travers des livres et des documentaires qui lui sont consacrés. Mais on peut aussi rencontrer l’homme par ses mots, qui nous en rapprochent intimement. 

Par les écrits enveloppés de François Truffaut, on redécouvre cet homme révolutionnaire débordant de sentiments artistiques, amicaux et paternels. La lecture vivante de David Nathanson réussit à incarner les lettres choisies chargées de passions, de colères, d’humour et d’envies. Le comédien nous rapproche de ce cinéaste à la fois sympathique, critique, politique et à la dureté souple. Il nous parle de son enfance, ses rencontres, ses entretiens passionnés et fougueux avec Jean-Luc Godard. On en comprend que mieux l’œuvre de Truffaut.  

La scénographie intelligente et travaillée nous plonge dans un univers théâtral aux échos cinématographiques clairs. Une table basse motorisée fait défiler des notes, prospectus, revues et affiches de film qui sont projetés en direct sur un écran. Les éléments visuels illustrent les paroles du comédien et du musicien. Le piano, en live, accompagne les correspondances et évoque les thèmes musicaux de l’œuvre de François Truffaut. La musique fait des mots une histoire, un film, du cinéma. On tourne dans les mots du cinéaste, le comédien percute les phrases brillamment et fait un bel hommage à François Truffaut. 

 

Truffaut Correspondance, c’est à la Manufacture des Abbesses, jusqu’au 25 février !

 

Visuels : ©Luca Lomazzi

 

SStockholm de Solenn Denis : le choc
Les paysages de Noémie Goudal au Grand Café
Margot Wallemme

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture
Registration