Cinema
Le criminel, un classique de Orson Welles à nouveau sur grand écran le 22 août

Le criminel, un classique de Orson Welles à nouveau sur grand écran le 22 août

23 juillet 2012 | PAR Yaël Hirsch

Tourné après la fresque familiale « La Splendeur des Amberson » (1942), « Le Criminel » (The STranger) est un film de commande hollywoodien exécuté et interprété par Orson Welles dans les règles de l’art. et du suspense. A voir également pour redécouvrir la beauté de Loretta Young aujourd’hui peut-être  plus connue pour son émission télé que pour sa carrière d’actrice.

Tout juste après la seconde guerre mondiale, Mr. Wilson (Edward G. Robinson) cherche à retrouver la trace d’un grand criminel de guerre nazi, Franz Kindler. Pour ce faire, il relâche un de ses complices dans les camps, Meinike (Konstantin Shayne), espérant qu’il le mettra sur les traces du fugitif. Mais Wilson perd la trace de Meinike dans une petite ville de la côte est où ce dernier est assassiné. Très vite, il suspecte un dénommé Charles Rankin (Orson Welles), respectable nouveau professeur de la ville et qui vient de convoler en justes noces avec Mary (Loretta Young), la fille d’un juge de la cour Suprême : le goût prononcé de ce dernier pour les horloges fait écho avec l’une des seules choses que l’on sait du nazi Kindler. Mais la seule chance pour Wilson d’être sûr de tenir le coupable est d’obtenir que la jeune et amoureuse Mary lui avoue que son mari a bien eu rendez-vous avec l’étrange Meinike…

Parent pauvre de la filmographie de Orson Welles, qui a terminé prestement le tournage de ce scenéraio hollywoodien qu’il voulait enfin rentable, « Le criminel » reste un Orson Welles : glaçant, inquiétant, d’une profondeur psychologique prenante, avec une photo vertigineuse et une épaisseur historique bluffante. Pour l’anecdote (de taille) : Les images prises à la Libération des camps nazis (voir notre article sur l’exposition « Filmer les camps »)et projetées à la jeune mariée sont semble-t-il la première occurrence de ce type d’archives dans une œuvre de fiction. Bref, une œuvre immense, où Welles joue avec toujours autant de conviction que dans « Le Procès »,  « La Soif du mal » ou « Othello ».

« Le Criminel » (The Stranger) de Orson Welles, avec Orson Welles, Loretta Young,Edward G. Robinson,Konstantin Shayne, USA, 1946, 1h35, à nouveau en salles le 22 août 2012.

« Paris. Portrait of a City », la Ville Lumière se dévoile chez Taschen
Izabo, le groupe de rock israélien qui gagne à être connu
Yaël Hirsch
Co-responsable de la rédaction, Yaël est journaliste (carte de presse n° 116976), docteure en sciences-politiques, chargée de cours à Sciences-Po Paris dont elle est diplômée et titulaire d’un DEA en littérature comparée à la Sorbonne. Elle écrit dans toutes les rubriques, avec un fort accent sur les livres et les expositions. Contact : [email protected]

One thought on “Le criminel, un classique de Orson Welles à nouveau sur grand écran le 22 août”

Commentaire(s)

    Publier un commentaire

    Votre adresse email ne sera pas publiée.

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


    Soutenez Toute La Culture