Cinema

L’agenda cinéma de la semaine du 18 octobre

L’agenda cinéma de la semaine du 18 octobre

18 octobre 2017 | PAR Guillaume Laguinier

L’agenda des sorties cinéma de la semaine propose, cette fois, une multitude de monstres protéiformes. Qu’ils soient drôles et modernes dans Zombillénium, reflet d’une société accusatrice dans La Belle et la Meute, ou d’odieux snobinard dans The Square, ces personnages ont inspirés les réalisateurs du monde entier. Il faudra, au moins, le sourire d’un Omar Sy à l’affiche de Knock pour finir la semaine sur une note plus tendre. 

La Belle et la Meute, de Kaouther Ben-Hania  

Dès le premier plan, une jeune fille se maquille face caméra. Cette dernière, à l’écoute du corps qu’elle filme, nous donne à voir la beauté de ce visage, tous ses détails… L’oeil de la brillante réalisatrice Kaouther Ben Hania, découverte en partie grâce au Panorama des Cinémas du Maghreb et du Moyen-Orient 2014, fait d’emblée merveille. Un début de soirée suit bientôt, au cours duquel des travellings, arme essentielle de notre artiste, se déploient…

Avec ses touches musicales sensibles, sa justesse de point de vue, sa distance, et sa jeune actrice, Mariam Al FerjaniLa Belle et la Meute parvient à s’élever au rang de film marquant, et à composer une union d’envies et de talents, désireux d’aller jusqu’au bout d’une tristesse, à évoquer…

Knock, de Lorraine Levy

La promotion de Knock, de Lorraine Levy , semble désormais noyé sous l’épaisse couche de polémiques qui opposent Omar Sy et Eric Zemmour. L’acteur a d’ailleurs déclaré mettre un terme à sa tournée promotionnelle. Dommage pour le film qui ne bénéficie plus que d’une faible couverture médiatique, loin des titres tapageurs d’un internet toujours plus voyeur.

Ceci étant dit, Knock, adaptation du roman de Jules Romains Knock ou le triomphe de la médecine, est en salle dès aujourd’hui. Omar Sy y campe le personnage d’un médecin  dans un village du sud de la France qui va développer une combine pour faire de chacun des habitants son patient. Car après tout, même les gens bien portant ne sont que « des malades qui s’ignore.« 

The Square, de Ruben Östlund 

Le réalisateur suédois Ruben Östlund est de retour sur la croisette en 2017 avec Elisabeth Moss en actrice principale et avec une fable sociale grinçante, qui écorne au passage le monde branchouille et conceptuel de l’art contemporain. Christian a la quarantaine et tout pour lui: divorcé, père de deux jolie filles, il est bien fait de sa personne, cultivé et surtout, en tant que directeur du musée d’art contemporain qui a été placé au cœur du Palais Royal, il a du pouvoir. Alors qu’il est en pleine préparation d’une exposition sur un « carré » (le fameux « square » du titre) qui appelle sur le mode performatif aux meilleurs sentiments humains, un incident transforme sa vie : on lui vole en pleine rue son téléphone portable et il décide de se faire justice plutôt que de déposer plainte. Dès lors, en privé comme en public, la violence animale ressort par bribes derrière la façade du suédois pacifique conducteur de Tessla…

Zombilenium, d’Arthur de Pins, Alexis Ducord.

Adapté de la bande dessinée du même nom, le film d’animation Zombillénium raconte les aventures d’une farandole de créatures fantastiques, du vampire aux loups-garou, évoluant dans un grand parc d’attraction. Fatigué d’amuser des humains ultra-consuméristes, c’est peut être chez Hector, la nouvelle attraction phare, qu’ils trouveront le renouveau.

Laissez bronzer les cadavres, d’Hélène Cattet et de Bruno Forzani

Présenté en 2017, lors de la dixième édition du Festival Européen du Film Fantastique de Strasbourg, Laissez Bronzer Les Cadavres est le dernier film d’Hélène Cattet et de Bruno Forzani. Sur la côte méditerranéenne, un fourgon transportant 250 kilos d’or est attaqué par Rhino et sa bande. Ils trouvent refuge dans un village abandonné où se sont installés deux amants interprétés par Elina Löwensohn et Stephane Ferrara. La première est une artiste en mal d’inspiration tandis que le second verra sa femme, récupérée sur la route par le gang, débarquer à l’improviste. La venue d’un duo de policiers motards annoncera le début du chaos. Heures après heures, minutes après minutes, le spectateur devient témoin d’une belle après midi ensoleillée qui vire au cauchemar…

Décès de l’écrivain Yambo Ouologuem, premier lauréat africain du prix Renaudot
Découvrez les lauréats du Prix des Indés !
Guillaume Laguinier

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *