Actu

Décès de l’écrivain Yambo Ouologuem, premier lauréat africain du prix Renaudot

Décès de l’écrivain Yambo Ouologuem, premier lauréat africain du prix Renaudot

18 octobre 2017 | PAR Sarah Reiffers

L’écrivain malien Yambo Ouologuem est décédé dans la nuit du 14 au 15 octobre à Sévaré, dans le centre du Mali. Il avait 77 ans.

Né le 22 août 1940 au Mali, Yambo Ouologuem connut une courte période de gloire après la publication de son premier roman, Le Devoir de violence (1968). Dans un style et une structure très post-moderne, usant beaucoup de la fragmentation et de la répétition, Ouologuem y met en scène plusieurs chefs locaux africains qu’il juge responsables d’avoir participé à la vente d’esclaves aux arabes et aux Occidentaux, et cela bien avant l’arrivée des Européens en Afrique. Il propose donc une vision plus réaliste et plus noire de l’Afrique, contestant et s’opposant à celle, beaucoup plus pure et presque mythique, dépeinte par les écrivains de la Négritude. Ce premier roman fut récompensé du prix littéraire Renaudot, faisant ainsi d’Ouologuem le premier lauréat africain.

«Aux hommes et à leur folie, le destin me dit : il faut leur pardonner. L’humanité est si jeune.»

Le succès et la nouveauté de Le Devoir de violence furent cependant rapidement enterrés par des accusations de plagiats de deux œuvres littéraires, C’est un champ de bataille de Graham Greene et Le Dernier des Justes d’André Schwartz-Bart. Face à cette accusation, Ouologuem assura avoir utilisé des guillemets dans son manuscrit. Abandonné par ses éditeurs, il quitte la France, où il résidait depuis 1960, pour retourner dans son pays d’origine, se détournant définitivement de la sphère publique.

Yando Ouologuem est également l’auteur d’une encyclopédie pornographique intitulée Les Mille et une bibles de sexe (1969), et d’un recueil d’essais, Lettre à la France nègre (1969). Ce dernier, ainsi que Le Devoir de violence, ont refait surface dans les librairies grâce à une réédition au début des années 2000 par Le Serpent à plumes.

Visuel: Pixabay

Le palmarès complet du Festival du Film Arabe de Fameck
L’agenda cinéma de la semaine du 18 octobre
Sarah Reiffers

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *