A l'affiche

« Laissez Bronzer Les Cadavres »: un thriller seulement visuel [Critique]

« Laissez Bronzer Les Cadavres »: un thriller seulement visuel [Critique]

21 septembre 2017 | PAR Simon Théodore

Présenté en 2017, lors de la dixième édition du Festival Européen du Film Fantastique de Strasbourg, Laissez Bronzer Les Cadavres est le dernier film d’Hélène Cattet et de Bruno Forzani. Lent, violent et visuel, ce nouveau film s’avère être difficile à saisir et décevant.

[rating=2]

Sur la côte méditerranéenne, un fourgon transportant 250 kilos d’or est attaqué par Rhino et sa bande. Ils trouvent refuge dans un village abandonné où se sont installés deux amants interprétés par Elina Löwensohn et Stephane Ferrara. La première est une artiste en mal d’inspiration tandis que le second verra sa femme, récupérée sur la route par le gang, débarquer à l’improviste. La venue d’un duo de policiers motards annoncera le début du chaos. Heures après heures, minutes après minutes, le spectateur devient témoin d’une belle après midi ensoleillée qui vire au cauchemar…

Cette adaptation du roman éponyme de Jean Patrick Manchette et de Jean-Pierre Bastid est bâtie autour d’une histoire solide. Seule une dizaine de personnages réussiront à transformer ce petit coin de paradis en véritable enfer. Néanmoins, la mise en scène et le rythme rendent le film difficile d’accès pour quiconque ne connait pas les références du duo de réalisateurs. Le rythme est lent pour laisser place, parfois, à la contemplation. Les plans s’attardent sur les visages et sur certains objets chargés symboliquement. Ainsi, la mort et le feu tiennent une place majeure dans Laissez Bronzer Les Cadavres. Cet effet cinématographique contraste avec la violence extrême du film mais brise le rythme, perturbe le spectateur et l’entrée dans l’univers devient alors délicate.

Le récit est ponctué par des séquences de performances artistiques interprétées par Elina Löwensohn. À l’instar d’un art contemporain inintelligible, elles n’ajoutent pas grand-chose à ce projet dans lequel la violence et le suspens se suffisaient. En effet, ces deux aspects sont sublimés par les agressions sonores des coups de feu, la dimension visuelle réussie et le mystère de savoir quel protagoniste finira par récupérer le magot…

Fruit de quatre ans de travail, ce thriller apparaît finalement plus comme un projet cinématographique où l’esthétique recherchée est travaillée. Sans être original, le scénario se veut efficace mais l’aspect trop expérimental rompt le rythme, rendant ainsi le déroulement de l’histoire quelque peu ennuyeux. Par ailleurs, la présence de Laissez Bronzer Les Cadavres dans un festival de film fantastique laisse perplexe…

Laissez Bronzer Les Cadavres. Thriller d’Hélène Cattet et de Bruno Forzani. Avec Elina Löwensohn, Stéphane Ferrara et Hervé Sogne. Durée : 1h30.

Visuel : (c) Affiche du film.

« Fashionista » : un incompréhensible thriller psychologique [Critique]
« Bitch » : une comédie dramatique enragée [Critique]
Simon Théodore

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *