Cinema

James Franco : Génie créatif ?

James Franco : Génie créatif ?

15 mai 2013 | PAR Marie Pichereau

 

James Edward Franco, est à la fois acteur, réalisateur, scénariste écrivain et artiste peintre. Depuis quelques temps, le jeune prodige est devenu la véritable coqueluche d’Hollywood. Bancable devant et derrière la caméra, il présentera cette année à Cannes son dernier long-métrage : As I Lay Dying. Portrait d’un homme audacieux et inventif.


James Franco l’acteur sera révélé par la série Freaks and Geeks en 1999. La même année il jouera dans To Serve and Protect pour la télévision et finira par camper le rôle d’un jeune adolescent dans Collège Attitude avec Drew Barrymore. Deux ans plus tard, il reçoit son premier Golden Globe pour sa prestation dans il étais une fois James Dean, biopic dans lequel il détient le rôle titre. Une star est née. Par la suite, il occupera le rôle de Harry Osborn dans la trilogie de l’homme araignée. C’est majoritairement ce qui le fera connaître du « grand public ». Il incarnera le fils rebelle de Deniro dans le polar Père et flic en 2002, puis sera dirigé par Nicolas Cage la même année, dans son premier long métrage en tant que réalisateur : Sonny.

Son interprétation plus musclée en 2005 dans Tristant & Yseult sera remarquée, mais le génie de l’acteur sera définitivement approuvé dans le film Harvey Milk aux côtés de Sean Penn en 2009. Peu de temps après (2010) c’est le film de Danny Boyle 127 heures (l’histoire vraie de ce jeune alpiniste qui se retrouva coincé durant 5 jours dans un canyon de l’Utah) qui lui vaudra une nomination dans la catégorie meilleur acteur aux oscars l’année suivante. En 2011, il incarne Fabious dans Votre Majesté, une nouvelle comédie-Fantastique de David Gordon Green. Cette année on a pu le contempler dans Le monde Fantastique d’OZ (le magicien d’Oz) et le détester dans le très beau navet (personne n’est parfait) Spring Breakers. En 2014, il sera à l’affiche True Story un drame américain de Rupert Goold et Homefront un film d’action américain de Gary Fleder.


Côté réalisation, le jeune homme ne chaume pas non plus. Entre 2005 et 2012, il a réalisé pas moins de 14 productions, parmi lesquelles on retrouve le documentaire Saturday Night en 2010, ou encore The Broken Tower ( Drame biographique autour du poète Hart Cran) distribué en 2011. Cette année, il présente dans la section un Certain Regard du Festival de Cannes son dernier Long-Métrage, film qui prend pour genèse Tandis que j’agonise, un drame funèbre sudiste de William Faulkner. James Franco repasse derrière et devant la caméra dans ce film qu’on murmure déjà comme très prometteur. Le film reprend la trame de l’ouvrage et raconte le voyage d’un homme Anse (Tim Blake Nelson) à travers le Mississippi pour emmener la dépouille de sa femme dans son village natal. Le père est accompagné de ses enfants (J.Franco). Les plus sombres secrets de cette famille vont être révélés dans cette odyssée funèbre et macabre. Verdict à venir.


Du côté de l’art pictural, le jeunot n’est pas en reste, il affirme d’ailleurs qu’il a davantage été «peintre qu’il n’a été acteur». En février 2006, ses tableaux avaient été exposés publiquement pour la première fois à la Glü Gallery de LA. En bref il semblerait qu’aucun terrain de jeu n’échappe à notre mascotte de charme et que sa créativité soit inépuisable. En ce moment même il serait en train de terminer une thèse en littérature anglaise à Columbia. A quant le best-seller signé Franco?

Visuel : (c) Capture d’écran.

Inauguration du Festival Jazz à Saint-Germain-des-Prés: une 13ème édition à ne pas rater !
L’exposition des photos des lauréats du concours « Métiers du monde » bientôt à la Cité Internationale des Arts
Marie Pichereau

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *