Cinema

Cannes 2018, Semaine de la critique : « Guy » d’Alex Lutz clôture la Semaine dans un hommage chanté aux baby-boomers

Cannes 2018, Semaine de la critique : « Guy » d’Alex Lutz clôture la Semaine dans un hommage chanté aux baby-boomers

17 mai 2018 | PAR Yaël Hirsch

Projeté juste après le Palmarès de cette édition 2018 de la Semaine de la critique, Guy de et avec Alex Lutz suit un chanteur à texte populaire vieillissant. Une comédie douce-amère qui est à la fois un hommage et une sorte d’adieu à la génération du baby-boom.

[rating=4]

Alors qu’il vient de perdre sa mère, le jeune Gauthier Héricourt attrape sa caméra pour suivre le chanteur préféré de celle-ci : Guy Jamet (Lutz vieilli par le maquillage). Chanteur à texte vieillissant en plein sortie d’un double album collector de ses vieux tubes, épigone de Michel Sardou, ce dernier est assez talentueux pour encore remplir des salles et « faire Drucker », mais plus assez pour produire un nouvel album. D’abord peu sympathique, avec son mini ranch près d’Aix, sa laque Elnett, ses idées préfabriquées, son narcissisme d’acteur, sa femme idiote et défaite, et son indiscipline qui a de l’arthrose, le chanteur prend peu à peu visage humain…

Après Le talent de mes amis, Alex Lutz revient à la réalisation avec un certain talent. L’angle doux-amer et le lien de filiation sont intéressants pour inspecter ce chanteur ringard qui fait encore chanter toute une génération. Les chansons sont tout juste parfaites : ni trop bien, ni trop mal écrites, les flash-backs et les scènes de train ou de bus de tournée créent un effet de symétrie. Le casting est génialement peaufiné avec des apparitions de Marina Foïs, Élodie Bouchez, Dani et Julien Clerc. C’est toute une génération que Lutz croque avec tristesse et tendresse dans ce vieux chanteur ringard, mais campé sur son personnage comme sur son cheval : avec fierté. Avec un peu plus de maîtrise du rythme, le film aurait fait un mélancolique double du Cloclo de Florent Siri.

Guy, film d’Alex Lutz, avec Alex Lutz, Tom Dingler, Pascale Arbillot, Nicole Calfan, Dani, Élodie Bouchez, Marina Hands, Brigitte Roüan et Julie Arnold, présenté au festival de Cannes, durant la semaine de la critique. Durée : 1h41. Sortie française au cinéma : le 29 août 2018.

Retrouvez tous les films du Festival dans notre dossier Cannes 2018

Visuel : photo officielle du film.

Cannes, jour 9 : Garrone et Chang-dong, sacre à la Semaine de la Critique et rendez-vous avec Travolta
A la Trace et Au bois à La Colline
Yaël Hirsch
Co-responsable de la rédaction, Yaël est journaliste (carte de presse n° 116976), docteure en sciences-politiques, chargée de cours à Sciences-Po Paris dont elle est diplômée et titulaire d’un DEA en littérature comparée à la Sorbonne. Elle écrit dans toutes les rubriques, avec un fort accent sur les livres et les expositions. Contact : [email protected]

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *