Cinema
[Cannes 2021, Semaine de la critique] Piccolo Corpo de Laura Samani, un premier film viscéral

[Cannes 2021, Semaine de la critique] Piccolo Corpo de Laura Samani, un premier film viscéral

10 juillet 2021 | PAR Yaël Hirsch

Sélectionné à la 60e Semaine de la critique, le premier long-métrage de Laura Samani, Piccolo Corpo est un road movie tragique et charnel dans l’Italie du tout début du XXe siècle. Pictural et viscéral.

Une mère part pour baptiser sa fille

Dans l’Italie de 1900, Agata vit dans une communauté de femmes au bord de la mer. Elle est enceinte d’une fille qui meurt à la naissance. Comme elle n’a pas même respiré, elle est enterrée sans nom et sans baptême. Affaiblie et incapable de faire le deuil, Agata se met en route pour sauver l’âme de sa fille : il existerait un endroit dans les montagnes où son bébé pourrait être ramené à la vie, le temps d’un souffle, pour être baptisé. Sur le chemin escarpé, chargée du petit coffre en bois qui contient le corps de sa fille, la jeune femme rencontre Lynx et ses yeux bleus magnétiques, qui finit par faire un duo avec elle sur la route du sanctuaire…

Peinture symbolique

Dans des paysages splendides et avec des visages de femmes peints également comme des paysages, Laura Samani fait le lancinant portrait d’un road trip entre chair intolérablement mortelle et miracle possible. Il y a peu de mots, tous prononcés en dialecte ; des chants a capella envoûtants et une musique minimaliste et précieuse signée Fredrika Stahl. Ça brille, ça touche, c’est très féminin, c’est aussi très (et peut-être parfois trop) symbolique, mais le film est incarné et porté par un thème fort et deux comédiennes qu’on aime découvrir dans l’œil magique de la réalisatrice. Le film sera envoûtant pour certain(e)s et insupportable pour d’autres ; nous votons avec le premier groupe !

Piccolo Corpo de Laura Samani, avec Celeste Cescutti et Ondina Quadri, Italie, France, Slovénie, 1h29, Arizona Distribution. Sortie française en 2022.
visuel : affiche du film et © Arizona Films

Jean Vilar, le rêve du théâtre pour tous
[Cannes 2021, Cannes Première] Cow, film qui cherche et trouve des images fulgurantes
Yaël Hirsch
Co-responsable de la rédaction, Yaël est journaliste (carte de presse n° 116976), docteure en sciences-politiques, chargée de cours à Sciences-Po Paris dont elle est diplômée et titulaire d’un DEA en littérature comparée à la Sorbonne. Elle écrit dans toutes les rubriques, avec un fort accent sur les livres et les expositions. Contact : [email protected]

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture