Cinema

Festival de Deauville, jour 1 : Elle Fanning et Mélanie Laurent stars, la compétition commence

Festival de Deauville, jour 1 : Elle Fanning et Mélanie Laurent stars, la compétition commence

01 septembre 2018 | PAR Yaël Hirsch

Programmation riche et grand soleil pour cette première journée de compétition du 44e Festival du Film Américain de Deauville qui a culminé avec la projection du « premier film américain » de Melanie Laurent, Galveston, en présence de son actrice : Elle Fanning.
[rating=4]

La matinée a commencé pourToute La Culture par la projection d’un film de la compétition, en présence du réalisateur, AJ Edwards (qui a monté Le Nouveau monde pour Terence Malick), du producteur et de l’acteur principal du film : Tye Sheridan. L’équipe a bien insisté sur le caractère texan du film. Deuxième film du réalisateur, Friday’s child suit un orphelin qui prend son indépendance à 18 ans et trouve un emploi et un toit mais aussi un ami étrange et une dulcinée aussi dépressive qu’impossible. Il fuit, mais il va devoir faire face. Avec une image léchée, un jeu parfait de Tye Sheridan, Friday’s child a l’originalité de nous proposer sous les apparences d’un conte saturé de couleurs une histoire d’un réalisme imparable.

Dans l’après-midi, retour à la complétion avec un premier film, American Animals, présenté avec humour et énergie par son réalisateur britannique: Bart Layton qui nous prévenus qu’on n’allait pas forcément tout comprendre et que c’est bien comme cela. Penchant résolument du côté de la fiction, son film aux premières images très chatoyantes s’inspire d’un fait divers et flirte avec le documentaire. Il revient sur le hold-up de livres anciens très précieux par quatre jeunes étudiants américains dans les années 2000. Et il interviewe les protagonistes 10 ans après les faits. Etiré sur plus de deux heures, ce film de braquage assez classique, nous tient en haleine avec des personnages plutôt sympathiques d’étudiants qui s’ennuient et cherche l’amitié et l’aventure. En bonus ? Une BO bien vue qui caracole avec « Who by fire? » de Leonard Cohen. Un candidat pour un prix du public.

Le tapis rouge était très glamour ce samedi soir avec l’Avant première de Galveston, en présence de l’actrice Elle Fanning, à qui Deauville a rendu hommage comme figure majeure du « Nouvel Hollywood ». Dans ce road-movie très américain tiré d’une nouvelle de Nic Pizzolatto (à qui l’on doit True detective), le quadragénaire gros bras d’un gangster croise la route d’une toute jeune prostituée menacée de mort parce qu’elle se trouve au mauvais endroit. Une petite fille monte dans la voiture et le road-movie s’arrête au bord de la mer à Galveston où, entre motel et mer, les fuyards vivent quelques jours de bonheur… Jolies images, rencontre de titans entre Ben Foster et Elle fanning et paysages parfaits, le film de Mélanie Laurent est indéniablement « américain ». Peu-être trop ? Ou pas assez  ? En tout cas il pâtit de bâillements de scénario, malgré le plaisir immense pris à voir les acteurs entrer dans leurs rôles aussi profondément.

Encore pas mal de stars sont attendues à ce 44e Festival du Film Américain de Deauville, dont Kate Beckinsale et Morgan Freeman. La suite de nos live-report, elle, arrive dès demain.

visuels : YH et photo officielle Galveston (c) The Jokers

Jazzoo 2, Oddjob impose du grand jazz pour les petits à Jazz à la Villette
Andrei Kourkov : « Vilnius, Paris, Londres. Trois destins européens »
Yaël Hirsch
Co-responsable de la rédaction, Yaël est journaliste (carte de presse n° 116976), docteure en sciences-politiques, chargée de cours à Sciences-Po Paris dont elle est diplômée et titulaire d’un DEA en littérature comparée à la Sorbonne. Elle écrit dans toutes les rubriques, avec un fort accent sur les livres et les expositions. Contact : [email protected]

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *