DVDs

[Critique] « Inside out », De la rue au bout du monde (sortie DVD le 20 Août 2014)

[Critique] « Inside out », De la rue au bout du monde (sortie DVD le 20 Août 2014)

26 juillet 2014 | PAR Nausicaa Ferro

Lauréat du prix TED 2011, l’artiste JR formule alors son souhait pour changer le monde. Son idée : partager son art avec le monde entier et le transformer en mouvement. Le projet Inside Out est né. A présent, ce n’est plus JR qui ira chez les gens prendre des photos et les afficher, mais eux-mêmes qui prendront leurs photos et les afficheront où bon leur semble. Dans ce projet là, JR devient Gutenberg. Le film éponyme de Alistair Siddons raconte cette épopée. 

[rating=4]

Donner au monde un visage, des figures, mettre des traits humains sur les catastrophes, les guerres, les pauvretés, sur ces concepts qui oublient que derrière les informations des journaux télévisés, il y a des hommes et des femmes. C’est après les émeutes urbaines de 2005 que JR commence à coller des portraits de banlieusards dans les beaux quartiers. A ce moment-là, il prend conscience « du pouvoir de la colle et du papier ». Six ans plus tard, l’artiste inverse le processus : ce sont les gens qui se prendront en photo, et qui colleront les affiches eux-mêmes, dans les lieux qui feront sens à leurs yeux. JR lui sera leur imprimeur. Sur les 120 pays d’où proviennent les 250 000 portraits imprimés, le film Inside Out s’attarde sur quelques projets pour lesquels JR s’est déplacé en personne, là où des histoires le touchaient particulièrement. Dans le Dakota du Nord, la réserve de Standing Rock abrite 8000 amérindiens qui vivent ici dans la plus grand pauvreté… parmi eux, Jenny et Ted, avec leurs enfants. La famille est en deuil, Teddy Junior s’est suicidé quelques temps plus tôt, comme de nombreux jeunes de la région. Avec Inside Out la famille colle le portrait géant du jeune Teddy sur la maison, apaisant ainsi, au moins pour un temps, leur terrible peine. En Tunisie, un groupe de photographes décide de tapisser la ville de portraits du peuple tunisien, fraichement libéré du dictateur Ben Ali. Le film s’attarde sur cet épisode rempli d’embuches. Pour certains, la démocratie c’est aussi le droit de dire non à ces portraits… En Haïti, plusieurs mois après le tremblement de terre meurtrier, la population veut afficher ses forces vives, sa volonté de créer, JR trouve là-bas des alliés de taille : les jeunes de Teleghetto. Dans la lignée de Women are heroes, le film Inside out suit JR dans ses projets humanistes à travers la planète. De son atelier en France à son imprimerie à New York, en passant par tous les continents du globe, le film est un nouveau road movie à l’image du créateur à lunettes noires : « artiviste ».

Inside out sortie en DVD le 20 Août 2014.

Nausicaa Ferro

© mk2

[Avignon Off] « Noir de boue et d’obus »,dans le mille de la mémoire humaine de la Grande Guerre
Marc Laimé décrypte « Le lobby de l’eau »
Nausicaa Ferro

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *