DVDs

[Chronique DVD] « Le grand méchant loup » – Kad, Poelvoorde et Fred dans une comédie de mœurs et d’adultères

[Chronique DVD] « Le grand méchant loup » – Kad, Poelvoorde et Fred dans une comédie de mœurs et d’adultères

04 décembre 2013 | PAR Gilles Herail

Le grand méchant loup n’a pas trouvé son public cet été malgré des critiques indulgentes. Avec sa réalisation soignée, son univers à part et la qualité de ses comédiens, le deuxième film de Nicolas et Bruno se regarde sans déplaisir mais n’égale pas la folie ovniesque de leur précédent long, La personne aux deux personnes.

Nicolas et Bruno s’étaient fait connaître avec des pastilles télévisuelles amusantes qui indiquaient déjà un ton et un regard sur le monde bien à eux. Leur premier film, qui avait été un énorme bide en salles, est peut être la meilleure comédie française de ces dernières années. La personne aux deux personnes est un vrai pari. Une parodie drôle et acerbe du monde du travail centré sur un personnage gris, inutile et inadapté, invisible aux yeux des autres mais épanoui dans sa routine maniaque et autiste. Par un détour fantastique inattendu, il se retrouve à cohabiter (dans sa tête) avec un ancien chanteur de variétés oublié (la voix d’Alain Chabat) et embarqué dans un délire schizophrène décalé. Daniel Auteuil n’avait jamais été aussi bon depuis longtemps avec un personnage difficile, à côté de la plaque, aux mouvements et aux expressions datées, incapable de communiquer et de s’échapper de sa routine. Et Alain Chabat nous monte qu’avec sa seule voix, il reste un des comiques français les plus efficaces. Avec sa photo soignée, sa réalisation inventive et son amour du gris, du has been et de l’incapacité sociale, La personne aux deux personnes était à la fois hilarant et troublant.

Le grand méchant loup est en ça une déception. Car le deuxième film de Nicolas et Bruno est bien plus classique, s’inspirant d’une comédie québécoise et n’arrivant que dans de brefs instants à imposer leur touche personnelle. Cette histoire de frères très différents, qui, confrontés à l’hospitalisation de leur mère, remettent en question leur couple n’est pas inintéressante. L’histoire est divisée en trois parties qui suivent chacune le point de vue d’un des membres de la fratrie. Poelvoorde qui manque d’ambition et s’ennuie. Fred tyrannisé par sa copine maniaque et un brin étrange. Et Kad, père accompli d’une famille parfaite. Bien sûr, les faux-semblants vont tomber et les personnages évoluer. Avec de très beaux moments, notamment le plaisir coupable d’un Poelvoorde régénéré par son expérience de la tromperie. Et une vraie complicité entre les trois frères. Mais si le film se laisse regarder, Le grand méchant loup ne sait pas trop où il va, n’utilise pas assez ses personnages féminins et fait plus sourire que rire. La réalisation est toujours soignée, dépassant clairement l’ensemble de la production française du même genre, mais on attendait plus du duo après l’incroyable Personne aux deux personnes. Espérons que leur prochain film saura retrouver une liberté plus grande.

Gilles Hérail

Visuels : © affiche, photo et bande annonce officielles du film
Le grand méchant loup, une comédie de Nicolas et Bruno sortie en DVD et Blu-Ray le 20 novembre 2013 chez TF1 vidéos
Jan Kounen, président du jury du 21e festival du Film Fantastique de Gérardmer
[Chronique] « Artpop » de Lady Gaga : non, ceci n’est pas de l’art
Gilles Herail

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *