Cinema
[Dinard 2015, Critique] « Couple in a Hole », le chouchou surprise du Palmarès

[Dinard 2015, Critique] « Couple in a Hole », le chouchou surprise du Palmarès

04 octobre 2015 | PAR Yaël Hirsch

Le jury de cette 26ème édition du Festival du film britannique de Dinard a fait un choix à la fois osé, original et fort pour le Hitchcock d’or et le plus joli, c’est que le public aussi! C’est ravis de nous être complètement trompés dans nos pronostics que nous vous rapportons un palmarès littéralement vampirisé par le réalisateur Tom Geens, avec sa fable cruelle sur un couple en deuil de leur fils et qui reviennent à la vie sauvage dans une cave, sous un bois au fin fond de la France.

Couple in a hole a remporté ce samedi 3 octobre : le Hitchcock d’or, le Hitchock du public/ première et le Hitchcock « coup de cœur » de la règle du jeu et le Hitchock du scénario. Departure de Andrew Steggall a eu une mention spéciale du jury et After the end, de Sam Southward, revisite de Robinson Crusoe en mode Wallace et Gromit a reçu le Hitchcock du meilleur film.

Couple in a hole met en scène un couple qui s’est réfugié dans une grotte quelque part en France, après la mort de leur fils. D’origine écossaise il fuient tout contact depuis des mois et vivent de chasse et de cueillette dans un retour complet et effrayant à la nature. Alors que la femme (Kate Dickie) s’enferme dans un travail de couture de peaux  à l’intérieur de la caverne qu’elle a de plus en plus de mal à quitter et maigrit de jour en jour, le mari (Paul Higgins) commence à aller mieux le jour où il doit descendre en ville trouver un médicament pour la soigner d’une vilaine piqûre d’araignée. Là, il rencontre un homme (Jérôme Kircher) , avec qui il échange quelque mots et qui le reconnait. Une amitié naît qui paraît une trahison  du pacte de retour à la nature….

Terriblement réaliste mais également parfaitement fantastique, le film met en scène avec une originalité folle l’histoire d’un deuil impossible qui pousse un couple à revenir au cœur de la terre et de la foret. Couple in a hole suit jusqu’au bout le fantasme du retour à la nature mais, au contraire par exemple d’un Gus Van Sant de la Forêt des songes, en évitant l’onirique pour rester au plus prêt des gestes de survie, du cycle des saisons, mais aussi des relations humaines brutes qui demeurent. Il y  quelque chose de cru et même cruel à montrer en détail comment ce couple n’arrive pas à échapper à sa douleur. En montrant le retour à la nature comme une sorte de mortification,  Tom Geens va également à l’encontre de tous les fantasmes de vie dans les bois et de refus de civilisation. Divinement joué (Kate Dickie est grandiose et Jérôme Kircher très touchant), magnifiquement mis en scène le film prend à la gorge et happe l’attention. Il a su emporter l’adhésion du jury et du public du 26e festival du film britannique de Dinard.

Couple in a Hole, de Tom Geens, avec Paul Higgins, Kate Dickie, Jérôme Kircher, Corinne Masiero, UK, 2015, 105 min.

visuel : cérémonie de cloture (c)YH

La Nuit Blanche de Toute La Culture
[Dinard, jour 4] Palmarès, Masterclass et Festivités
Yaël Hirsch
Co-responsable de la rédaction, Yaël est journaliste (carte de presse n° 116976), docteure en sciences-politiques, chargée de cours à Sciences-Po Paris dont elle est diplômée et titulaire d’un DEA en littérature comparée à la Sorbonne. Elle écrit dans toutes les rubriques, avec un fort accent sur les livres et les expositions. Contact : [email protected]

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *