Cinema
Chercher le garçon : une comédie sentimentale attendrissante (Sortie le 9 mai)

Chercher le garçon : une comédie sentimentale attendrissante (Sortie le 9 mai)

19 avril 2012 | PAR Melanie Bonvard

Chercher le garçon n’est pas transcendant. Mais personne ne pourra nier l’agréable moment qu’il est possible d’y passer en le regardant.

Avec cette histoire de jeune fille désespérée en quête d’amour sur un site de rencontre virtuel, Chercher le garçon pourrait être propice à tous les clichés. Fort heureusement, le film ne se contente pas de raconter les rencontres d’une jeune femme avec d’innombrables pervers.

L’archétype du vicieux est présent une fois, puis deux, et c’est tout. L’oeuvre raconte avant tout l’histoire d’une jeune fille rencontrant d’autres hommes eux aussi en quête d’amour. Le seul problème: c’est que chacun à une attente différente de l’amour. Emilie va jusqu’à entrer dans la tête du spectateur pour le laisser s’identifier à elle. Beaucoup s’attacheront aussi à certains hommes rencontrés dans le film et se laisseront décevoir par ces derniers, comme elle. Nombreux aussi sont ceux qui auront peur des rencontres d’Emilie. D’autres personnages masculins, au contraire, feront rire aux éclats. La réalisatrice fait véritablement plonger le spectateur dans une énumération d’individus tous différents les uns des autres. Le personnage d’Emilie, lui, étonne. De la petite fille timide et bien sage, elle passe à la jeune femme assurée, ayant une répartie digne des personnages de films américains. Elle se surprend même à les imiter, attendant ses prétendants dans une pause se voulant aguicheuse. Chercher le garçon, c’est donc aussi l’histoire d’une émancipation féminine, mais qui ne vient pas à terme comme il est souhaité au départ. Au cours du film, le virtuel est moins présent afin de laisser la jeune fille s’émanciper grâce au hasard de ses péripéties et non plus parce que Emilie veut être maîtresse  de ces dernières.

Toujours en traitant le sujet de façon « légère », comme l’affirme la réalisatrice elle-même, aucune prétention ne viendra gâcher le film par des messages engagés sur les risques des sites de ce type. Ce que Dorothée Sebbagh semble revendiquer avant tout, c’est que l’amour ne se commande pas et ne se trouve pas par cet accord commun que permet les sites. Les rencontres amoureuses s’accomplissent en laissant faire le hasard, sans exigence et surtout sans brûler les étapes. Voilà la mignonne petite morale du film. Et toute l’oeuvre est réalisée au naturel, comme fait maison. Les acteurs ne s’étaient jamais rencontrés avant le tournage, même avant que la réalisatrice ne disent « action », comme les personnages du film. Les scènes de rencontres laissent alors savourer une improvisation établie par les comédiens, renforçant l’agréable spontanéité du film. Le jeu reste donc authentique avec cette sincère timidité connue de tous lors d’une première rencontre ou d’un premier regard.

Loin d’être le film de l’année, Chercher le garçon reste tout de même une comédie fort agréable entre réalité et virtuel. Sans jamais dramatiser, le film laisse un sourire au coin des lèvres et le rire éclate face à des situations adorablement ridicules.

Photos (c) : libre de droit

Un regard sur « l’identité » des petites annonces à la Galerie KijK
Reims capitale mérovingienne
Melanie Bonvard

One thought on “Chercher le garçon : une comédie sentimentale attendrissante (Sortie le 9 mai)”

Commentaire(s)

    Publier un commentaire

    Votre adresse email ne sera pas publiée.

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *