Arts
Reims capitale mérovingienne

Reims capitale mérovingienne

Après la fameuse exposition « Nos ancêtres les Barbares » au Musée Municipal de Saint-Dizier, le Musée Historique Saint-Rémi de Reims révèle à son tour au public les récentes avancées archéologiques, le conviant à un voyage au cœur du Haut Moyen-âge…

Si Reims fête cette année le 800e anniversaire de sa cathédrale, elle célèbre aussi le 1500e anniversaire de l’implantation mérovingienne. Marc Bouxin, conservateur du Musée Saint-Rémi, nous confie avoir voulu en cette occasion « mettre un coup de projecteur sur cet élément inconnu. » C’est ainsi que le visiteur, goûtant l’air rémois, est plongé au cœur de l’énigmatique découverte du lieu-dit « La tuilerie » au sud-est de Saint-Dizier.

Un vent souffle sur l’histoire de Reims, cette ville devenue capitale mérovingienne en l’an 512 et aux puissants pouvoirs administratifs et religieux. Convié à un voyage dans le temps, le public s’émerveille de la richesse d’une bague en or incrustée de grenats, est étonné à la vue d’une sépulture de cheval, ou est ému par trois sépultures reconstituées à leur état originel. Deux hommes et une jeune femme gisent ainsi au sein de pans de bois, s’apprêtant à rejoindre l’Au-delà parés de leurs plus beaux atours et entourés de leurs objets usuels. D’humbles mors de cheval côtoient des bassins en bronze ou des boucles en cristal de roche. Cheminant autour de bijoux, d’objets domestiques et d’armes diverses le visiteur s’arrête brutalement à la vue d’une épée ornée d’un pommeau à anneaux en argent doré. Par sa richesse et son inscription runique « Alu » (« pouvoir »), l’arme fait trembler toute l’histoire rémoise, révélant un lien étroit entre son propriétaire et le roi lui-même.

C’est avec émotion que le public de découverte en découverte, se familiarise avec les pratiques de ses ancêtres. Celles-ci façonnent l’ensemble du Musée avec la présence, dans une salle voisine, de cinq sarcophages mérovingiens en pierre, non moins énigmatiques. Mais qui sont-ils ? Comment sont-ils morts ? Quel  a été leur lien de parenté ? Etaient-ils originaires des peuples venus de l’est ou d’authentiques gallo-romains ? Le mystère subsiste au sortir de l’exposition quant à ces individus dont on ne connaît que peu de choses, sinon leur âge, leur sexe et leur haut rang social. Le Musée Saint-Rémi s’imprègne d’une atmosphère obscure et impénétrable, invitant à sillonner au grès de peuplades dont il reste encore tant à découvrir…

 

Crédits photos : © affiche officielle de l’exposition

Musée Histoire Saint-Rémi, Salle capitulaire © Valérie Chopin

Pommeau d’épée à anneaux en argent doré et inscriptions runiques. Sépulture du chef franc, première moitié du VIe siècle, site de La Tuilerie. Collection du Musée Municipal de Saint-Dizier. © Musée Municipal de Saint-Dizier / Claude Philippot

Chercher le garçon : une comédie sentimentale attendrissante (Sortie le 9 mai)
Des oeuvres de Jean Giraud/Moebius mises aux enchères
DIANE ZORZI DU MAGAZINE DES ENCHÈRES

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture