Cinema

Ces amours là, le florilège Lelouch

10 septembre 2010 | PAR La Rédaction

Par Emmanuel Niddam

Succèssion d’images en noir en blanc, tient Judith Magre en amoureuse d’un photographe à la belle époque, un mariage, la première Guerre Mondiale…les plans se succèdent agréables, quand…coup de tonnerre sur l’écran, nous voila arrachés à la nostalgie, touchés en plein cœur. Maitrise de la caméra, du rythme et de la surprise, bienvenue dans le dernier Lelouch, Ces amours là sort le 15 septembre.

Le fil conducteur de l’histoire est un procès. Laurent Couson est avocat, il s’appelle Simon et a été déporté. Il défend Ilva, femme romanesque, éternellement amoureuse. Ce procès est l’occasion de remonter le fil de l’histoire. Quelle histoire? La grande d’abord, la première Guerre, la seconde et la Shoah. Et puis la petite, l’histoire des amours impossibles, passionnés, mais aussi l’histoire du cinéma.

Claude Lelouch signe une fois de plus un bon cru. Ces amours là est l’occasion pour les amoureux du maître de retrouver nombre de ses exercices de style. D’abord l’obsession du rapport entre grande et petite histoire, la joie de faire du cinéma et le gout pour les histoires d’amour tendance mélo. Comme dans tous les Lelouch la musique , ici signée Laurent Couson est magistrale, glissant du bebop au classique en passant par le jazz dans une fluidité virtuose. ( voir notre interview de Laurent Couson)

Ces amours là est un film très proche des misérables du 20e. Claude Lelouch continue de poser la question qui le taraude : comment continuer à aimer la France alors qu’elle a collaboré ? La France est symbolisée par Audrey Dana, magnifique en amoureuse tour à tour d’un résistant, d’un nazi, et de deux soldats américains . Les références aux films précédents sont nombreuses, le boléro Des uns et des autres ou le procès dansé à la façon de Tout ça pour ça.

Ces amours là est aussi une ode au cinéma, où la référence à Cabaret est omniprésente, dans la figure du Nazi , directeur de l’Ange Bleu. La belle Audrey Dana travaille quand à elle comme ouvreuse dans un cinéma des Grands Boulevards. Ode au cinéma en général et à celui de Lelouch en particulier. Le film se termine par un défilé des visages d’ acteurs qui ont fait ses plus grands succès. Beaucoup d’entre eux sont aujourd’hui disparus, et ce générique de fin a, il faut l’avouer, une tonalité très conclusive. Mais, la rumeur se veut rassurante, un autre film serait déjà en préparation, il y en aura donc un autre : tant mieux !

Ces amours là , De Claude Lelouche, Casting: Audrey Dana, Laurent Couson, Raphaël, Samuel Labarthe, Judith Magre, Dominique Pinon, Liane Foly, Zinedine Soualem, durée 2h, sortie le 15 septembre

Yoav et sa guitare créative sont de passage à Paris le 23 septembre
L’abbaye de Cluny fait peau neuve
La Rédaction

10 thoughts on “Ces amours là, le florilège Lelouch”

Commentaire(s)

  • MICHELE KERENFLECH

    Peut on me préciser le titre de la chanson de Georges Brassens entendu dans ce merveilleux film ? d’avance merci

    septembre 19, 2010 at 19 h 15 min

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *